Limoges : 147 emplois menacés par la réorganisation des centres financiers de la Banque Postale

Ce sont 147 emplois qui risquent de disparaître à Limoges avec la réorganisation annoncée des centres financiers de la Poste. C'est en tout cas la crainte de plusieurs syndicats. Un rassemblement avait lieu ce jeudi 3 juin devant le site. 

Rassemblement de certains employés du centre financier de la Banque Postale de Limoges. Ils craignent une fermeture de ce centre.
Rassemblement de certains employés du centre financier de la Banque Postale de Limoges. Ils craignent une fermeture de ce centre. © Marine Guigné - France Télévisions

La réorganisation des centres financiers de la Banque Postale, filiale du groupe La Poste, va conduire à la fermeture, en 2023, du site de service client de Limoges, situé rue de la Céramique. Si la direction confirme la réorganisation des services financiers en France, elle n'annonce aucun chiffre quant aux emplois qui pourraient disparaître mais les syndicats s'inquiètent déjà. 

Le centre financier de la Banque Postale de Limoges emploie 147 personnes : des chargés de clientèle, des conseillers... C'est ce qui s'appelle le "front office" qui regroupe les services commerciaux en contact direct avec les clients. 

Les représentants du personnel craignent des drames humains. Selon la CDFT, syndicat majoritaire sur le site, les postiers ont appris la nouvelle par des rumeurs. "Nous avons donc demandé à être reçus par le directeur pour limiter au maximum les risques psycosociaux", explique Frédéric Niguet, représentant CFDT des services financiers de la Poste Mas Loubier.

Une commission de dialogue social (CDS) doit se tenir le mardi 8 juin au niveau national.

© Matthieu Degremont - France Télévisions

"Nous attendons des informations sur les raisons d'une fermeture, alors que les indicateurs de notre centre financier sont les meilleurs de France. Nous pensons qu'ils veulent augmenter la productivité des sites des grandes villes comme celui de Bordeaux," poursuit Philippe Rosa-Arsene, secrétaire général CFTC Postes et télécommunications.

La CGT, de son côté est bien consciente "que le Groupe La Poste a pris la décision de supprimer des services et forcément des emplois de postiers", mais refuse de s'exprimer "sans en avoir les tenants et les aboutissants", estimant que ce serait très prématuré et "extrêmement dangereux sur le bien être moral des agents". Des représentants de ce syndicat seront reçu le 7 juin par la direction.  

La direction assure pour sa part, qu'à Limoges, le dialogue social est en cours et qu'un dispositif de reclassement sera mis en place pour tous les agents concernés. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie social