Limoges : A l'heure de Parcoursup, l'orientation en question pour les lycéens des années de pandémie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed

À Limoges, comme partout en France, les lycéens peuvent commencer dès ce jeudi 20 janvier 2022 à faire leur choix d’orientation sur Parcoursup. Cette année, les élèves de terminale n’ont connu le lycée qu’en période de crise sanitaire. Alors aujourd’hui, il n’est pas évident de choisir.

"On a appris ce qu’était Parcoursup qu'en début d’année scolaire. La possibilité de faire des vœux, combien, et le fonctionnement de la plateforme en elle-même", témoigne Nathan, élève de terminal ST2S (Sciences et Technologies de la Santé et du Social) au lycée Suzanne Valadon de Limoges (Haute-Vienne).

Prendre connaissance des informations à la dernière minute, c’est en substance le sentiment ambiant qui secoue les élèves. Ces derniers, en classe de terminale, peuvent, dès ce jeudi 20 janvier 2022, commencer à faire leur choix sur la plateforme numérique d’affectation Parcoursup.

Cette situation affecte les futurs étudiants, comme le souligne Delphine Poingt, professeure de mathématiques pour les terminales STI2D (Sciences et Technologies de l'Industrie et du Développement Durable) du lycée Turgot de Limoges"Ils sont dans l’incertitude, ils ne savent pas quelles notes vont compter pour Parcoursup. Même les épreuves de spécialités, on ne sait pas si elles vont se dérouler en mars ou pas."

En charge du service académique de l’information, de l’insertion et de l’orientation sur le rectorat de Limoges, Véronique Soulié indique que ce sont "le bilan scolaire, le bulletin de première et de terminale et toutes les épreuves d’anticipées de l’année dernière ainsi que les enseignements de spécialité qui remontent dans les dossiers à destination des établissements d’accueil." 

En ce qui concerne les incertitudes autour des épreuves du mois de mars qui doivent être prises en compte dans Parcoursup elle indique "attendre les directives ministérielles."

Une orientation (trop) virtuelle

À cela s’ajoute une situation directement liée à la crise sanitaire : les présentations des filières annulées ou repoussées à cause du Covid-19. "Le mois de janvier est traditionnellement le mois des présentations mais cette année elles sont reportées, repoussées ou annulées à cause de la maladie, des cas contacts, des élèves absents et du coup ça pose problème", indique Delphine Poingt, également secrétaire générale de la SGEN-CFDT.

J’aurais préféré qu’il y ait plus de portes ouvertes et d’interventions d’étudiants, mais avec le covid c’est compliqué. Mais on aurait dû nous parler de tout ça dès l’année dernière.

Nathan

Elève en terminale ST2S à Limoges

"Parcoursup c’est déjà quelque chose de très virtuel et le fait que les contacts avec les formations soient virtuels, il n’y a pas assez de concret pour que ça déclenche un désir d’aller au-delà du bac pour les élèves", renchérit Delphine Poingt qui regrette que les professeurs aient peu de temps pour aider les élèves dans leurs orientations.

De son côté Véronique Soulié rassure : "Tous les mois de janvier, février, mars il y a des journées portes ouvertes et pour l’instant rien ne les contre-indiques et des élèves vont faire des immersions."

Les terminales ont jusqu'au 29 mars pour formuler jusqu'à dix vœux (avec possibilité de sous-voeux selon les formations), sans avoir à les classer. Ils auront ensuite jusqu'au 7 avril pour compléter leur dossier et confirmer ces vœux. Les résultats seront donnés à partir du 2 juin 2022.

De leur côté, les lycéens attendent toujours de savoir si leurs épreuves de spécialités auront lieu en mars ou en juin tandis que certains, en baccalauréat technologique, viennent d’apprendre qu’une nouvelle épreuve est à préparer "l’ETLV, ce sont les sciences en anglais", explique Nathan qui ne sait pas encore quand elle aura lieu.

Pour cette génération d'élèves qui n'a connu le lycée que soumis aux restrictions sanitaires (confinements, présentiel une semaine sur deux...) la cheffe du service académique de l’information, de l’insertion et de l’orientation sur le rectorat de Limoges assure de la "bienveillance" du supérieur : "Ils auront toute l’attention et la prévenance pour étudier les dossiers. C’est l’ensemble de la population qui est soumise à cette situation. Ils auront un regard attentif à tout ça sur les bulletins, les dossiers sur les élèves et leur niveau. Ils vont le prendre en compte quand ces futurs étudiants vont arriver."