Limoges : après la grève au laboratoire d'analyse Astralab, les salariés obtiennent quelques avancées

Après une première journée de mobilisation, le 17 septembre 2020, pour dénoncer les conditions de travail et les salaires dans les laboratoires d'analyse en temps de crise sanitaire, les salariés d'Astralab ont obtenu des avancées. 

Mouvement de grève au laboratoire Astralab de Limoges, le 17 septembre 2020.
Mouvement de grève au laboratoire Astralab de Limoges, le 17 septembre 2020. © Fabrice Bidault - France Télévisions
Jeudi 17 septembre, journée de mobilisation générale, les salariés d'Astralab ont entamé une grève. Un débrayage qui concernait la quasi totalité des effectifs du site du Pont Neuf à Limoges. Ils dénonçaitent des salaires trop bas et des conditions de travail difficiles au sein du laboratoire d'analyse limougeaud surchargé à cause des tests pour détecter la Covid-19.

En effet, ce dernier concentre l'ensemble des prélèvements biologiques collectés sur les 17 sites d'Astralab, implanté dans 4 départements. En Haute-Vienne et en Corrèze, les sites d'Ussel et de Saint-Junien ont pris part à ce mouvement, tout en assurant les urgences selon Corinne Buisson, sécrétaire du comité d'entreprise d'Astrolab Limoges. 
 

Une prime Covid

Concernant les salaires, ils réclamaient une "prime Covid" de 1500 euros pour tous et une augmentation de 200 euros nets. D'autre part, pour chaque tests PCR pour détecter la Covid, les salariés touchent une prime de 1,25 euro. Ils demandaient que cette somme soit revalorisée à 2 euros.

Pami les revendications des grévistes figurait également le recrutement d'effectifs supplémentaires afin de faire face à l'affluence de patients venus se faire tester. Dénonçant, un retard imporant : 2000 tests en attente d'analyse " faute d'effectifs suffisants ", les salariés en grève demandaient l'embauche de nouveaux techniciens de laboratoire et de personnel administratif.  
 

Grève levée vendredi après un accord avec la direction 


La grève sur le site du Pont Neuf s'est poursuivie vendredi 18 septembre 2020 jusqu'en fin d'après-midi. A l'issue de discussions avec la direction, quelques avancées ont été actées. Un accord a finalement été signé vers 17 heures et la grève alors levée. Les représentants syndicaux (FO et CGT) ont obtenu la garantie d'une prime de 1000 euros pour chaque salarié. Mais aussi l'embauche de 4 personnes sur le site du Pont Neuf : un technicien de laboratoire et 3 secrétaires. Par ailleurs, la prime de 1,25 euro par test étendue à l'ensemble des employés du laboratoire mais ne sera pas portée à 2 euros. Les discussions ont toutefois achoppé sur la revalorisation salariale mais cependant le principe du versement d'une participation aux bénéfices de l'entreprise, au moins égale à celle accordée en 2019, a été évoqué. Et dernier point et non des moindres pour les grévistes, l'amélioration des conditions de travail. Elles seront au coeur des prochaines discussions entre la direction et ses salariés prévues cette semaine. Selon nos sources, il s'agit de " remettre à plat le managment avec les référents de secteur ". 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19 grève économie social mouvement social