Limoges : les vols de vélos repartent à la hausse, la police appelle à la vigilance

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nassuf Djailani .

La Police Nationale de la Haute-Vienne appelle ce jeudi 30 juin à la prudence après une recrudescence de "vols d'opportunité" sur l'agglomération pour tous types de deux roues : classiques, de courses ou électriques. Les voleurs n'hésitent pas à pénétrer dans les propriétés restées ouvertes.

« On en a eu pour 40.000 à 45.000 euros de marchandises volées » se souvient, amer, Antoine Joiaville qui tient un magasin de vélo du côté de Feytiat en Haute-Vienne. C’était il y a près d'un an. « Ils sont passés à travers nos murs en bardage en tôle, c’est allé très vite » raconte Antoine. Ce sont les caméras de surveillance qui ont tout filmé. « On y aperçoit quatre hommes, cagoulés, avec sans doute des scies électriques » témoigne-t-il. En tout, 15 vélos de route et une dizaine de vélos pour enfants. Les vélos de route valent entre 7 et 8000 euros et les VTT en carbone 2100 euros. « C’était un peu avant l’été. C’était un peu après minuit. Pourtant on était déjà bien protégés, avec des caméras extérieures, mais depuis, on a investi dans des détecteurs de mouvement, des capteurs thermiques plus du gardiennage et on rentre les vélos tous les soirs », se rassure le marchand de vélo qui a reçu deux fois la visite des receleurs en moins d’un an. Heureusement pour eux, l’assurance a joué, mais la vigilance est de plus en plus accrue.

 

Qu’est ce qui intéresse les voleurs ?

« Les receleurs prennent tout ce qu’ils trouvent parce qu’il y a un marché, explique Antoine Joiaville. Soit pour de la revente sur des sites douteux sur Internet. Dans la profession, on entend dire qu’il y a une filière basée dans les pays de l’Est qui passe commande ». Chez cet autre vendeur de vélo situé en zone nord de Limoges, on raconte que « les voleurs s’intéressent aux grosses pièces, notamment aux vélos prémium qui peuvent valoir jusqu’à 8000 euros ». Ce sont essentiellement des vélos de course ou des vélos électriques.

 

Quel est le profil des voleurs ?

Cela dit, « ce n’est pas établi que les voleurs viennent essentiellement des pays de l’Est, rectifie-t-on au commissariat de Limoges. Les receleurs ont des profils variés. On constate qu’il y a beaucoup de gens qui viennent d’Afrique du Nord mais aussi des SDF qui s’adonnent à ce qu’on appelle du vol d’opportunité ». Raison pour laquelle « la police invite les propriétaires de vélos à cacher leurs vélos de la voie publique et de les attacher solidement pour éviter toute tentative de recel ».

Interpellations

Selon les services de police, les vols concernent tous les deux roues. D’ailleurs, le 26 juin dernier, deux mineurs âgés respectivement de 15 et 14 ans étaient placés en garde à vue pour vols de moto cross à Panazol. Lors des premières auditions, le plus âgé, avait reconnu circuler sans casque sur une moto interdite sur la voie publique. Il n’avait pas de permis ni assurance. Il s’avère que la moto a été volée. L’audition du second mettait en évidence l’identité d’un troisième individu, mineur de 14 ans et demi, présent sur place au moment de l’intervention de Police.

« Lors de sa seconde audition, le plus jeune a reconnu avoir participé indirectement au vol de la moto Yamaha bleue en compagnie de deux copains. Ces motos étaient volées par un même système de rendez-vous à la suite d'une annonce sur le site Leboncoin.fr. L’un d’eux essayait la moto et ne revenait plus » détaille la police.

Les deux jeunes sont convoqués en audience de culpabilité devant le Juge pour Enfants le 8 septembre prochain à 9h, pour le motif d’un vol en réunion. Un troisième individu interpellé le même jour a été laissé libre, sans poursuite.

Appel à la vigilance

Pour prévenir tout recel, la police recommande aux propriétaires de vélos de faire tatouer leurs vélos au marquage bicycode (https://www.bicycode.eu/)

 

Les précautions à prendre :

  • opter pour un antivol solide en forme de U, car les câbles fins se sectionnent facilement ;
  • toujours attacher son vélo, même pour le temps de faire une petite course ;
  • attacher le cadre et la roue avant à un point fixe ;
  • faire marquer son vélo.

Pourquoi et comment marquer son vélo ?

Le système de marquage Bicycode® :

  • permet de retrouver son vélo plus facilement grâce à sa base de données. Si votre vélo est abandonné, les services de police ont un accès sécurisé à cette base comprenant toutes les coordonnées des propriétaires, et pourront vous contacter ;
  • évite le trafic et le recel de vélos, les acheteurs pouvant vérifier au préalable que le vélo n'a pas été volé ;
  • dissuade les voleurs qui préféreront voler un vélo non marqué.

Pour marquer votre vélo, il suffit de :

  • se munir de la facture et d'une pièce d'identité ;
  • se rendre chez un opérateur agréé qui grave un numéro d'identification sur le vélo et vous remet le passeport du vélo ;
  • enregistrer votre vélo dans la base de données sur le site de bicycode.

Pour rappel, le marquage par gravure coûte en moyenne, selon l'opérateur entre 5 € et 15 €.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité