Limoges : les nouvelles pistes cyclables créent des ralentissements qui agacent les conducteurs

Depuis la mise en place des pistes cyclables après le déconfinement, les automobilistes se plaignent de ralentissements et du manque de places de parking. Ces pistes annoncées comme provisoires pourraient être amenées à rester. 
Près de 12 km de pistes cyclables sont apparus presque du jour au lendemain dans les rues de Limoges, après le déconfinement. Une aubaine pour les cyclistes... mais une "grosse galère" pour les conducteurs qui découvrent les ralentissements aux heures de pointe.

Jean-Marie Lagedamont, vice-président en charge de la mobilité à Limoges Métropole, reconnaît un "engouement indéniable pour le vélo", visible notamment sur les résultats des commerces de vendeurs et de réparateurs de vélos. C'est pourquoi il est déjà certain que certaines pistes cyclables seront pérennisées. Mais que les automobilistes ne s'inquiètent pas, leurs griefs seront entendus. "Là où on a des gros problèmes, on trouvera des solutions", indique Jean-Marie Lagedamont.

Objectif : pérenniser les pistes cyclables

Un premier bilan va débuter à la fin du mois de septembre. La métropole va s'appliquer à compter le nombre de cyclistes passés sur les pistes pour comprendre quels endroits semblent indispensables. Dans un deuxième temps, des réunions publiques seront organisées pour discuter des pistes cyclables. Ces réunions regrouperont les acteurs de la métropole, les riverains, les commerçants et les associations de vélo, indique le vice-président de la métropole. Si des portions de pistes viennent à être supprimées, il assure qu'elles seront replacées à d'autres endroits plus stratégiques dans la ville. "L'objectif, c'est d'en pérenniser le maximum", déclare-t-il. 

Cette décision ne déplaît pas à Jérôme Fraisse, président de l'associaton Véli-vélo. "Pour les vélos, c'est une vraie respiration parce qu'avant il y avait très peu d'aménagement à Limoges", indique-t-il. Il ne s'inquiète pas beaucoup de l'agacement des automobilistes : "Il faut laisser un peu de temps pour que les gens trouvent d'autres itinéraires ou réfléchissent à d'autres modes de transport". L'association Véli-vélo est en contact avec Limoges métropole pour discuter des améliorations à apporter au parcours cyclable actuel.

Et pour encourager cet engouement pour le vélo, l'Etat a décidé de prolonger le dispositif qui permet aux cyclistes de bénéficier de 50 euros d'aide pour faire réparer son vélo jusqu'à la fin de l'année. Il n'y a plus aucune raison de ne pas s'y mettre ! 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mobilité économie transports automobile vélo déconfinement société