Limoges : opération “assiettes vides” pour protester contre la fin de l'aide alimentaire européenne

© Marine Guigné - France 3 LImousin
© Marine Guigné - France 3 LImousin

Le Secours populaire de la Haute-Vienne a organisé une opération symbolique le 12 septembre 2019 sur la place d'Aine, à Limoges (87), pour alerter sur le devenir de l'aide alimentaire de l'Union européenne.

Par Ariane Pollaert

Reportage de Marine Guigné et Pascal Coussy
Intervenants : Thierry Mazabraud, secrétaire général du Secours populaire de Haute-Vienne / Jocelyne Fermigier, bénévole référente de l'antenne de Peyrat-le-Château / Cécile Rey, 64 ans - ancienne secrétaire de direction.


Des assiettes vides posées sur une nappe en papier, à même le sol, par le Secours populaire. Il s'agit d'alerter sur les menaces qui planent au dessus du fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD), un fonds doté de 3,8 milliards d'euros. Il va être "absorbé" par le Fonds social européen (FSE).

Le FEAD permet chaque année de soutenir 15 millions de personnes, dans l'Union européenne, dont 5 millions de Français.
 

En Haute-Vienne, le FEAD correspond à la moitié des marchandises que nous distribuons. (Thierry Mazabraud, secrétaire général du Secours populaire 87)

 
Pour la période 2021-2027, le FEAD fait l'objet d'une renégociation, dans un contexte particulier : l'aggravation de la pauvreté en Europe.
 
© Marine Guigné - France 3 Limousin
© Marine Guigné - France 3 Limousin


En Haute-Vienne, le Secours populaire enregistre une augmentation de près de 10% du nombre de bénéficiaires en un an. L'association apporte un soutien alimentaire à plus de 8.000 Haut-Viennois.

 

Si le fonds européen diminue son aide, on sera obligé de changer nos modes d'attribution. (Jocelyne Fermigier, bénévole référente de l'antenne de Peyrat-le-Château 87)


Aujourd'hui, l'association attend de connaître la position du gouvernement français quant à sa volonté de préserver le budget alloué au FEAD. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Des livreurs de Deliveroo relient Bordeaux à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus