Limoges : succès des alternatives au train

A la veille d'un week-end de retours, les grèves de trains continuent, les voyages sont annulés et les prix qui flambent... Les voyageurs doivent trouver des solutions de repli. Le covoiturage et le bus voient leur côte de popularité augmenter depuis quelques semaines.

© France 3 Limousin
Un trafic perturbé pour le réveillon qui évolue peu en ce début d’année. La grève des trains, toujours de mise alors que les usagers doivent prévoir un retour après les fêtes, oblige ces derniers à trouver des solutions alternatives, comme jeudi 2 janvier 2020, à Limoges.

Blablacar : premières expériences

La plateforme de covoiturage créée en 2004 voit sa côte de popularité augmenter depuis les grèves de trains annoncées. De nouveaux utilisateurs se prêtent au jeu. Leurs avis sont positifs :

C’était une alternative que j’ai cherchée directement, je n’ai pas cherché de train avec toutes les grèves, j’ai préféré un moyen sur.


Le prix du covoiturage Limoges-Paris a varié : il passe parfois du simple au double. Si pour certains covoitureurs, la grève est l'occasion de gonfler les prix, pour d'autres il est simplement question de rendre service : "Je mets toujours le prix minimum, dans tous les cas, je fais la route, autant aider ceux qui n'ont pas de moyen de se déplacer, surtout pendant les fêtes", confie une conductrice.
 

A plus dans l'bus


Autre solution de repli : le bus. Décliné sous de multiples enseignes, Flixbus, OuiBus devenu Blablabus, l'autobus attire les voyageurs de dernière minute et les habitués du train. Quelques témoignages :

Avec la grève on a été obligés de changer, de prendre le bus, et du coup ça revient plus cher, car il a fallu se décider à la dernière minute.

Là c’était un peu cher, il faut le dire, c’était 165 euros aller-retour. Mais puisqu’il n’y avait pas de train, je n’avais pas le choix.

Les prix sont globalement les mêmes que ceux du train. En temps normal, ils sont inférieurs. Cette popularité montante fait le bonheur des compagnies de bus, qui font carton plein à chaque trajet, ou presque comme le mentionne Patrice Controle, chauffeur Flixbus (entreprise Jardel) :

Tant que la grève durera, ça va durer, tant mieux. Je dirai que cette grève contribue à tout ça. Tant mieux, ça nous fait travailler.

A demain dans l'train ?

Du côté de la SNCF, peu d'améliorations sont à prévoir avant la mobilisation du 9 janvier 2020.
    
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie transports en commun trains régionaux sncf grève social manifestation société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter