Limoges : une voiture incendiée par ses propriétaires après avoir terminé sa course folle dans un grillage

Les quatre protagonistes ont tout fait pour aggraver leur cas. / © Philippe HUGUEN / AFP
Les quatre protagonistes ont tout fait pour aggraver leur cas. / © Philippe HUGUEN / AFP

Quatre personnes, dont une mère et sa fille de 13 ans, ont incendié leur véhicule avec lequel elles avaient eu un accident, après avoir dévalé à toute vitesse le campus de la Faculté de lettres de Limoges. Les policiers les ont interpellées puis placées en garde à vue dans la foulée. 

Par Thibault Marotte

La scène avait des allures de course clandestine en plein jour. Le 19 août 2018, aux alentours de 16h, quatre personnes ont été interpellées pour avoir incendié leur véhicule, après avoir eu un accident sur le campus de la Faculté de lettres de Limoges. 

Les policiers, prévenus par les pompiers, découvraient sur place un véhicule en feu enfoncé dans un grillage, à l'arrière d'un immeuble de la Rue Rollinat. Dans la foulée, les auteurs étaient retrouvés quelques centaines de mètres plus loin grâce aux signalements des témoins.  
 

Une course dans l'enceinte de la faculté 


Parmi les quatre protagonistes, une mère de 46 ans avec 2,70 grammes d'alcool dans le sang et sa fille de 13 ans. Deux jeunes hommes de 17 et 20 ans faisaient aussi partis des passagers.

Les témoins ont affirmé avoir vu une voiture faire des allers et retours sur le campus à toute vitesse, avant de déraper dans un virage et de s'écraser sur le grillage. La mère aurait alors décidé, avec le jeune de 17 ans, d'incendier le véhicule, avant de prendre la fuite avec sa fille et les deux autres individus. 
 

Garde à vue musclée 


Après l'interpellation, les quatre personnes ont été conduites au poste de police pour être placées en garde à vue, mais tout ne s'est pas passé comme prévu. Le jeune homme 20 ans a tenté de donner des coups aux officiers de police. Les agents ont alors découvert qu'il portait un couteau sur lui.

Il s'avère qu'il était au volant du véhicule au moment de l'accident. L'autre individu plus jeune était bien connu des services de police et sera jugé en comparution immédiate tout comme la mère. La jeune fille a été libérée sans poursuites. 

Le majeur devrait lui répondre prochainement de son défaut de permis de conduire devant la justice. 
 

Sur le même sujet

Mag Basque : Enfants juifs en Pays basque 1940-1945

Les + Lus