Limousin : bénéficiaires plus jeunes et manque de bénévoles pour cette 37e campagne des Restos du cœur

La 37e campagne des Restos débute dans un contexte marqué, une fois encore, par la crise sanitaire. Le nombre des bénéficiaires est en hausse et leur profil évolue. Après les retraités pauvres c’est au tour de jeunes actifs ou nouveau chômeurs de ne plus s’en sortir sans aide alimentaire.

La file d’attente devant le local des restaurants du Cœur rue de Chinchauvaud à Limoges est déjà bien fournie à quelques minutes de l’ouverture. Personnes seules, mamans avec enfants font la queue dans le froid. 

A l’intérieur, les bénévoles s’activent. Depuis la crise, ils doivent préparer les paniers pour réduire les contacts. Les rayons sont bien fournis. Cette année les dotations sont en hausse, car les Restos ont anticipé une forte demande. 

Une jeune femme se confie : « Sans beaucoup de ressources, c’est difficile, surtout avec cette période. C’est bien qu’il y ait les restos du cœur pour aider. Il faut en profiter un peu et puis après trouver du travail. Ça serait bien ».

Joëlle Dubut, responsable du centre de Chinchauvaud explique.  « Malheureusement on a beaucoup d’inscriptions tous les jours, de plus en plus de monde. On a des nouvelles personnes. Il y a des mamans seules avec des enfants. On a des personnes jeunes, des étudiants aussi et toujours des retraités ». Ici plus de 1400 familles bénéficieront de l’aide alimentaire cet hiver, c’est environ 300 de plus que l’année dernière.  

 

+8% de demandeurs en Corrèze

Même constat en Corrèze. Le nombre de demandeurs sur la campagne d’été a déjà augmenté de 8% par rapport à l’an dernier. Ce qui frappe, c’est le changement au niveau de la tranche d’âge. Les moins de 18 ans représentent 34% des bénéficiaires cette année, quand celle des plus de 60 ans ne représente plus que 9%. La proportion était radicalement différente il y a deux ans. « Nous avons des demandeurs jeunes, des étudiants mais pas que. Beaucoup de jeunes actifs qui ont un petit travail pas suffisant pour vivre ou qui se sont retrouvé au chômage à cause de la crise sanitaire » explique Annie Verdier-Marthon, responsable des Restos en Corrèze.

 

+50% de repas distribués à la Souterraine

En Creuse, le nombre de repas a augmenté de 11%. « Nous avons un nombre assez stable de familles mais les gens viennent de plus en plus souvent » relate Sébastien Maveyraud, responsable des restos pour la Creuse. Dans les villes du département, la tendance à la hausse est très nette. +30% de repas distribués à Guéret, +50% à la Souterraine. « Nous avons beaucoup de célibataires, de personnes isolées et effectivement pas mal de jeunes travailleurs ».

Une confirmation de la tendance nationale. La fréquentation des restos du cœur a augmenté de 25% ces deux dernières années. 50% des personnes qui demandent de l’aide ont moins de 25 ans. 40% sont mineurs. En tout, 8 millions de Français sont dépendants de l’aide alimentaire qui a été décisive pour eux pendant la crise Covid.

Manque chronique de bras

 

Là où le bât blesse, c’est que les Restos ont du mal à aligner le nombre des bénévoles sur l’augmentation de la demande. Il y a un manque chronique de bras dans toute la région. Une tendance qui existait déjà avant la crise mais qui a été décuplée depuis.

« Beaucoup de bénévoles ne sont pas revenus depuis deux ans. Ce sont majoritairement des personnes âgées dont certaines ont peur à cause du virus » confie Annie Verdier-Marthon.

En Corrèze, il manque 70 bénévoles. Tous les postes sont concernés. Sur le terrain bien sûr, pour assurer les livraisons, préparer les colis mais aussi dans l’encadrement. Les Restos cherchent notamment un responsable départemental adjoint.

« Nous n’arrivons pas à faire venir des jeunes. Il faut certainement que nous nous adaptions à eux. En ouvrant la distribution le samedi dans les villes par exemple. C’est une réflexion que nous devons avoir ».

Même chose en Creuse. « Nous avons besoin d’une quinzaine de bénévoles, dans l’administratif et dans la logistique. Ça permettrait à ceux qui répondent présent depuis deux ans de souffler un peu » explique Sébastien Maveyraud.

L’appel est donc lancé. Si vous avez du temps libre et l’envie d’aider. N’hésitez pas à vous rapprocher du centre le plus proche de chez vous.

En tout, en Limousin, les Restos aident 16 000 bénéficiaires et distribuent près de 2 millions de repas.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
restos du coeur solidarité société crise économique économie