Mairie de Limoges : exit Léon Betoulle, bonjour Jacques Chirac !

Publié le

Quatre plaques "Jacques Chirac" seront apposées dans le square de l’hôtel de ville de Limoges ce mardi 18 janvier 2022. Nouveau baptême pour un lieu qui jusqu’alors portait le nom d’un ancien maire socialiste de la ville, Léon Betoulle. Une décision qui ne fait pas l'unanimité.

Le 16 décembre dernier, le conseil municipal de Limoges entérinait la délibération pour modifier le nom du square devant la mairie et par conséquent l'adresse de l'hôtel de ville. Le square anciennement Léon Betoulle s'appelle dorénavant Jacques Chirac. Une décision qui soulève des réactions contrastées auprès des Limougeauds croisés ce jour devant l’hôtel de ville :

Je viens d’arriver à Limoges. Cela ne me dérange pas du tout, Jacques Chirac est un ancien président qui a contribué au bien de pas mal de Français. Cela ne me dérange pas.

Maskiel, habitant de Limoges

C’est dommage de le rebaptiser, c’était très bien avant. Pourquoi changer ? Par rapport à la nouvelle équipe municipale ?

Florence, habitante de Limoges

Cancel culture ?

Quatre plaques au nom de Jacques Chirac seront posées dans le square de l'hôtel de ville ce mardi matin 18 janvier. La domiciliation de la mairie a été modifiée, les 400 pages sur le site internet réactualisées, moteurs de recherche ainsi qu'opérateurs de géolocalisation ont été informés de ce changement de nom. 

Sur l'échiquier politique, l'opposition municipale de gauche dénonce une décision sans réel débat, sans réunion de la commission des voies et espaces publics ou l'on discute des attributions des noms de rues. Un choix niant l'histoire de Limoges

C’est une négation de l’histoire de la ville de Limoges, la ville où est née la CGT, ses racines ouvrières. Il y a cette volonté-là de gommer une forme de passé. Ce n’est pas rendre service ni à Limoges, ni aux Limougeauds. Je n’ai rien contre Jacques Chirac, mais il n’a aucune attache avec Limoges. Ce n’est qu’une petite revanche politicienne !

Thierry Miguel ,chef de file de la gauche au conseil municipal de Limoges

Lors du conseil municipal du 16 décembre dernier, Vincent Brousse, historien et adjoint au maire LR de Limoges, justifiait ce choix :

Je ne crois pas que dans la décision prise, il y avait une volonté d’abattre les statues, de céder à une quelconque "culture woke ou cancel culture", sinon nous aurions fait à la statue de Léon Betoulle le même sort qui fût fait à celle de François Chénieux (maire de droite de 1892 à 1895) déboulonnée par la gauche.

Une délibération qui pourrait encore faire parler, Geneviève Leblanc, élue indépendante et ex-membre du groupe d'opposition a saisi la commission Ethique et Transparence de Limoges.

Mais qui était Léon Betoulle ?

Léonard, dit Léon Betoulle est né en 1871 à Limoges. Homme politique socialiste, il fût l'un des fondateurs du journal Le Populaire du Centre. Pendant 38 ans, il a été maire de la ville (de 1912 à 1941 et de 1947 à 1956).

Léon Betoulle vota les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en 1940. Député et sénateur, il contribua à modifier la ville en faisant raser les quartiers insalubres du Viraclaud et du Verdurier.

Il fût à l'origine, en 1919, de l'office public des habitations bon marché (cité-jardin de Beaublanc, cité Casimir-Ranson, cité des Coutures...) et permis à de nombreux habitants peu aisés de se loger décemment. Une foule immense assista à ses funérailles en 1956.

Qui change le nom d'une rue ?

Le changement du nom d'une rue, d'un espace public relève de la compétence exclusive de la municipalité, en vertu de l'article L21-21-29 du code des collectivités territoriales.

Les habitants ont leur mot à dire et peuvent transmettre une demande écrite, orale ou par pétition au maire. Des propositions qui seront soumises aux délibérations du conseil municipal. In fine, c'est le maire qui décidera en vertu de son pouvoir discrétionnaire. Son choix peut toutefois faire l'objet d'un recours.