• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La ministre des Transports vient parler désenclavement à Limoges

Elisabeth Borne était aujourd'hui à Limoges / © France 3 Limousin
Elisabeth Borne était aujourd'hui à Limoges / © France 3 Limousin

Les liaisons par la route, le rail ou les airs entre Paris et Limoges étaient au cœur de la visite d’Elisabeth Borne ce lundi 16 juillet à Limoges. Mais la ministre des Transports n’a fait aucune annonce extraordinaire, hormis l’installation de wifi dans les trains en 2019.
 

Par François Clapeau

Il y aura donc du Wifi dans les trains intercités roulant entre Limoges et Paris en 2019... Voilà ce que retiendront les voyageurs de la visite de la ministre des Transports Elisabeth Borne aujourd’hui à Limoges.

Côté temps de parcours, il n’y aura pas de grande amélioration : la représentante du gouvernement annonce une durée de trajet de 2h49 en 2025, grâce aux travaux de modernisation en cours sur l’axe.
Un renouvellement des rames est aussi prévu.

La ministre reconnaît la modestie du gain de temps, mais pour elle, l’essentiel est ailleurs :
"L’enjeu, c’est de revenir au meilleur temps de parcours ; ce n’est pas forcément de battre des records de vitesse. Il faut avoir des trains confortables, de bonnes fréquences, de la régularité."


Concernant la liaison routière Limoges-Poitiers, pas de bouleversement non plus, mais l’idée d’une autoroute concédée fait son chemin :
"Les acteurs du territoire souhaitent qu’on étudie une concession autoroutière. Je suis d’accord. On mettra en place à la rentrée un comité de pilotage."

Quant à l’avion, les obligations de service public vers Paris et Lyon avaient déjà été annoncées.

Cette visite ministérielle n’apporte donc que des confirmations, et le chemin vers le désenclavement semble encore bien long.
 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus