Moins de terrain, plus de bureau, les éducateurs de rue changent de statut à Limoges

Depuis 1ᵉʳ janvier 2024, l'aide sociale à l'enfance est réorganisée à Limoges. Les éducateurs de rue redoutent que cette période de transition pénalise la population et n'affecte le travail sur le terrain.

C'est un grand changement pour les éducateurs de rue. Comme le nom l'indique, ces professionnels de l'enfance avaient pour habitude d'aller sur le terrain, dans les quartiers. Depuis une réforme du 1ᵉʳ janvier 2024, la situation change.

Plusieurs services de l'aide sociale à l'enfance sont réorganisés. Une quinzaine d'éducateurs vont désormais déprendre directement du département et deviennent des référents de prévention. Cette mesure interroge les principaux concernés.

Une période de transition

"Là, on est dans une période où les éducateurs de prévention spécialisés qui étaient implantés, reconnus, et qui avaient développé des relations privilégiées et des relations de confiance avec les populations ne sont plus sur le territoire, détaille Nicolas Lassont, directeur de la Maison d'enfants à caractère social le Grand Tilleul.
Et en même temps, les référents en prévention ne sont pas totalement opérationnels. Il y a un travail de structuration qui est en train de se faire".

Les choses seront visiblement opérationnelles sur l'entrée de l'été. Cet entre-deux crée évidemment de l'anxiété.

Nicolas Lassont

Directeur de la Maison d'enfants à caractère social le Grand Tilleul

La priorité, "c'est bien sûr, d'être sur le terrain"

Cette nouvelle formule a pour effet de changer le statut : les éducateurs de rue deviennent des référents de prévention. Le département tient à rassurer les professionnels. Selon elle, l'activité sur le terrain ne sera pas oubliée.

"Depuis le premier janvier, nous avons seize éducateurs de prévention qui ont cette mission et on en rajoute six supplémentaires, assure Gulsen Yildirim, vice-présidente de la Haute-Vienne (PS). Sur ces seize, les dix seront sur la ville de Limoges et auront pour mission de reprendre le travail qui a été mené par les éducateurs dans le cadre de la prévention spécialisée.

Donc, la priorité de ces référents éducatifs, c'est bien sûr d'être sur le terrain.

Gulsen Yildirim

Vice-présidente de la Haute-Vienne (PS)

En attendant la mise en place définitive de ce nouveau système, les familles peuvent se tourner vers les maisons du département, à Limoges.