"Notre école, faisons-la ensemble", 26 projets innovants financés en Limousin

26 établissements scolaires se sont vus remettre, ce mercredi 29 mars au Rectorat de Limoges, un certificat de financement de leur projet innovant, dans le cadre du nouveau dispositif "Notre école, faisons-la ensemble". Objectif : favoriser le bien-être, l'égalité des chances et la réussite de tous les élèves.

Lancé en novembre 2022, le dispositif "Notre école, faisons-la ensemble" est en fait le volet éducation du Conseil national de la refondation mis en place par Emmanuel Macron, qui vise à faire davantage participer les citoyens.

Ce dispositif permet aux écoles, collèges, lycées qui le souhaitent d'engager une concertation (avec les parents d'élèves, élus, associations...) pour définir un projet adapté aux spécificités de leurs élèves et de leur territoire. 
Le ministère de l'Education Nationale a débloqué une première enveloppe de 500 millions d'euros pour financer ces projets sur 5 ans.

243 écoles engagées dans la démarche

Les établissements scolaires de l'académie de Limoges n'ont pas perdu de temps pour s'emparer de ce dispositif. 243 établissements sont déjà engagés dans la démarche.
Parmi eux, 26 ont d'ores et déjà obtenu un financement pour un montant global de 336 500€. 18 projets sont prêts à être examinés et 52 en cours de rédaction.

Ces projets, par leur variété et leur pertinence, traduisent un engagement remarquable pour nos élèves.

Carole Drucker-Godard

Rectrice de l'Académie de Limoges

Ces projets, qui peuvent s'étaler sur plusieurs années (5 ans maximum) s'appuient sur plusieurs thématiques : médiation animale, aménagement d'espaces pédagogiques, projet intergénérationnel, amélioration du lien avec les familles, ouverture à l'international...

On compte pour l'instant 7 projets en Haute-Vienne, 4 en Creuse et 15 en Corrèze.

Exemples de projets

Le lycée des métiers du bâtiment de Felletin (LMB) a obtenu le plus gros financement - 82 000€ - pour un projets multi-facettes qui a pour objectif principal de lutter contre l'enclavement géographique.
Pour cela, plusieurs axes ont été définis : l'amélioration de l'accueil et de l'insertion pour les élèves allophones, l'acquisition de matériel numérique éducatif (casques de réalité virtuelle et tablettes, utilisés dans la conception des bâtiments), l'aménagement d'un espace de vie dans le cadre d'un chantier école, l'ouverture culturelle en facilitant l'accès aux spectacles et expositions (financement des transports)...

Ce dispositif est un outil de justice sociale. Il permet de démultiplier les effets de nos actions, ce n'est pas que des discours.

Sébastien Perret

Proviseur du Lycée des métiers du bâtiment de Felletin

Certains projets sont déjà concrètement engagés. C'est le cas de celui de l'école maternelle René Blanchot, dans le quartier de La Bastide à Limoges, qui a mis en place des ateliers de médiation animale, en accueillant régulièrement des poneys et des chiens dans la cour de récréation.

C'est le cas également de celui du lycée Gay Lussac, toujours à Limoges, qui a entamé en début d'année scolaire et sur une durée de deux ans un projet "Erasmus Go Green" auquel participent 21 élèves.


En partenariat avec 3 autres lycées européens (en Finlande, Sardaigne et Allemagne), ils participent à des ateliers autour du développement durable (land art, agriculture urbaine, recyclage et upcycling de tissus récupérés en ressourcerie et transformés en sacs...), et partagent leurs expériences lors de voyages dans les autres établissements. Sept d'entre eux sont déjà partis en Finlande en novembre, et sept autres iront en Sardaigne au mois de mai.

Le dispositif permet d'acquérir du matériel et de financer les voyages grâce à une enveloppe de 9800€, qui s'ajoute à la subvention Erasmus de 10 000€. Les familles ne payent que 50€ pour une semaine en Finlande... Nous ne pourrions pas proposer cela, autrement.

Cécile Abelard

Professeur d'Anglais participant au projet

Les 26 établissements déjà engagés dans le dispositif reflètent la diversité du territoire limousin : petites écoles rurales, grands lycées de centre-ville, établissements d'enseignement professionnel... 
Chacun a su proposer et mettre en oeuvre un projet qui correspond à ses besoins spécifiques.

Nul doute que les candidatures affluent, une fois le dispositif mieux connu. Une seconde enveloppe de 150 millions d'euros a d'ores et déjà été débloquée par le ministère.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité