• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

De nouveaux orthophonistes pour le Limousin

De nouveaux orthophonistes pour le Limousin
C'est une spécialité qui manque cruellement en Limousin. Après quatre ans d'études, la première promotion de l'ILFOMER à Limoges est toutefois sortie en juin 2016. Sur les 17 diplômés, 7 sont restés en Limousin. • Reportage à Saint-Gence, Saint-Junien et Limoges en Haute-Vienne avec Eva Dias (une maman qui fait appel à l'orthophonie pour son enfant), Aude Grimault (orthophoniste, diplômée de l'ILFOMER), Elyse Raynaud (présidente du syndicat départemental des orthophonistes de la Haute-Vienne) et Mathilde Garnier (orthophoniste, diplômée de l'ILFOMER)  - France 3 Limousin - Dossier de France Lemaire, Rodolphe Augier, Adrien Gesta-Fline. Montage : Xavier Beaudlet

Bilan positif pour l'ILFOMER, l'institut Limousin de FOrmation aux MÉtiers de la Réadaptation à Limoges. Au sein de la première promotion d'orthophonistes (sortie en juin 2016), sept professionnels sont restés en Limousin. 

Par Alexandra Filliot

L'université de Limoges a créé l'ILFOMER en 2011, avec le soutien de l'ancienne région Limousin. L'une des formations est l'orthophonie, une spécialité qui manque cruellement dans les trois départements de Haute-Vienne, Creuse et Corrèze.

Après quatre ans d'études, la première promotion est sortie en juin 2016. Sur les dix-sept diplômés, sept sont restés en Limousin, six en Haute-vienne et une en Corrèze : une excellente nouvelle pour l'ancienne région qui n'avait pas espéré autant d'implantations.

Exemple avec Aude Grimault, tout juste installée en Haute-Vienne à sa sortie de l'ILFOMER.  Originaire de la Sarthe, la jeune diplômée a choisi d'ouvrir son cabinet en Limousin, rassurée d'être en terre connue, là où elle bénéficie de l'aide de consoeurs.

Encore trop peu de professionnels sur le territoire Limousin


Pendant quelques semaines, l'arrivée d'Aude Grimault et des autres diplômés de l'Ilfomer dans le monde du travail a permis aux listes d'attente des orthophonistes de s'alléger. Car certains patients attendent parfois deux ans pour obtenir un rendez-vous. Mais l'amélioration a été de courte durée

La demande reste trop importante et les professionnels demeurent trop peu nombreux, notamment en milieu hospitalier, là où il faut des prises en charge rapide.

Recrutée à sa sortie de l'Ilfomer, Mathilde Garnier officie au CHU de Limoges, dans trois services différents. Elle aime le travail d'équipe, et la grande diversité des cas à traiter. Mais la jeune femme envisage son avenir partagé entre cette activité salariale -rémunérée à peine plus que le smic - et un cabinet en libéral.

La situation ne va pas s'arranger

les études sont prolongées d'un an : en 2017, la France ne comptera donc aucun jeune diplômé en orthophonie. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Une entreprise de bois-charpente peine à trouver 10 employés

Les + Lus