Phase 2 du déconfinement : les salles de sport dans les starting-blocks

Les centres de fitness et de remise en forme attendaient impatiemment le feu vert pour rouvrir leurs portes au public. Le feu vert a été donné par le Premier ministre, jeudi 28 mai, dans le cadre de la 2e étape du déconfinement. 

© Centre Buchilien
Le Premier ministre a révélé, jeudi 28 mai en fin d'après-midi, l’agenda de la 2e étape du déconfinement à compter du 2 juin Les centres de fitness et de remise en forme attendaient impatiemment le feu vert pour rouvrir leurs portes au public. Edouard Philippe l’a finalement confirmé (sans préciser les contours du protocole sanitaire), au grand bonheur du Centre Buchilien basé à Limoges.

Dans les locaux de l’ancienne Manufacture centrale de chemises (et auparavant Usine de confection Veyrier Montagnères), une équipe s’active avec enthousiasme. C’est même une belle équipe de sportifs au sein d’une institution créée en 1998 aux confins du quartier Montjovis.

Au Centre Buchilien, ce jeudi 28 mai est un jour très particulier. Pour Karine et Sébastien Vassaux, le couple de patrons, le dénouement semble plus proche que jamais : " On attend les déclarations du Premier ministre ", confie Karine au téléphone, entre deux consignes glissées discrètement à son employée.
Le bout d’un tunnel de plus de 2 mois est presque visible à la lueur du discours d’Édouard Philippe à 17h.

Pour l’heure, les aspirateurs tournent à plein régime dans la salle des machines pour le cardio et la musculation, c’est un grand ménage d’un printemps qui n’a pas eu lieu. Un autre genre d’activité physique là où 100 ans plus tôt, 200 ouvriers accomplissaient leur labeur quotidien, durant la première guerre mondiale.

D’une guerre à l’autre. Le Coronavirus n’a pas encore capitulé mais le pays tout entier reprend des forces et envisage désormais le monde d’après au présent. 

On se prépare pour redémarrer. Les protocoles sanitaires sont assez complexe, il faudra de la place alors on condamne des machines, 5 m² par personne dans notre salle de cours , concède Karine Vassaux. 

Tout est à revoir, du sol au plafond, chaque centimètre du complexe sportif doit être passé au crible, de la salle aux vestiaires en passant par les sanitaires. L’accès aux douches est interdit... 

Et on met davantage de désinfectant à disposition, il y a aussi les masques, les visières, etc.

L'équipe de la salle de sort prépare la reprise.
L'équipe de la salle de sort prépare la reprise. © Centre Buchilien



Si la vie va reprendre bientôt au Centre Buchilien, elle ne s’est pas vraiment arrêtée en fait... Pour Sylah Itema, éducateur sportif, les cours en présentiel ont été remplacés par des lives ou des cours enregistrés diffusés sur internet. En chômage partiel, il a continué à travailler de chez lui, volontairement, par passion :

L’idée c’était de se motiver en restant chez soi. Notamment pour nos adhérents qui font de la compétition. Maintenant l’objectif c’est le retour en salle, avec toutes les mesures de sécurité qui s’imposent pour rassurer les gens.

Pour conserver la confiance de ses clients, Sébastien Vassaux, l’autre patron et donc le mari de Karine, a fait un choix drastique dans la gestion de cette crise :

On a stoppé les encaissements depuis le 15 mars pour nos abonnés. On a joué la carte de la solidarité en espérant celle des gens pour la suite. 

Conséquence, plus aucune rentrée d’argent depuis mars pour cet indépendant qui doit lutter face à la concurrence des grandes franchises du secteur, lesquelles ont pour la plupart continué à percevoir les cotisations pendant le confinement.

Autre astuce pour rester dans une dynamique positive ? Depuis le 17 mars, Sébastien a fait de la livraison à domicile un peu spéciale : du prêt de matériel pour 50 abonnés au total. 

De cette parenthèse de fermeture, le propriétaire avoue qu’il gardera peut-être quelques idées en tête : 

Pourquoi ne pas garder quelques cours en live ? D’autant qu’on est dans l’incertitude sur les conditions de la reprise, par rapport aux règles de distanciation sociale notamment.

Ce jeudi matin, Sébastien a reçu a priori une bonne nouvelle par téléphone. Elle provenait de l’unique syndicat de la profession, France active, qui lui a annoncé une réouverture très probable des salles de sport pour ce mardi 2 juin. Information confirmée un peu plus tard dans la journée par le Premier ministre. A ce titre, le slogan du Centre Buchilien semblerait presque prémonitoire : « Hier n’était qu’un échauffement »



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter