Pourquoi le bioéthanol ne s’impose pas en France, alors que son prix est très bas à la pompe ?

Alors que le prix des énergies flambe, les consommateurs pourraient se tourner vers le bioéthanol, moins cher. Avec l’éthanol, une énergie dite propre, pourquoi la filière est si peu développée en France ? Comment expliquer qu’il n’y ait pas d’engouement ?

0,65 euro le litre, entre 20 et 25 euros le plein ! Le bioéthanol une solution pour faire baisser la facture énergétique des consommateurs. Olivier a équipé sa voiture d’un boîtier bioéthanol. Croisé à la pompe tout à l’heure, il en est convaincu. « C’est moins cher », « Voyez-vous-même, embraye son voisin, c’est moins cher ! » Et pourtant, très peu d’automobilistes franchissent le pas. Alors on est en droit de se poser la question de savoir où réside le problème. Pourquoi la France ne se convertit pas massivement à l’éthanol, alors que des pays comme le Brésil et les pays scandinaves ont franchi le pas depuis longtemps ?

Le bioéthanol est le seul carburant liquide pour moteurs essence qui soit renouvelable et immédiatement disponible puisqu’il est produit à partir de matière première végétale, aussi appelée biomasse. D’où l’appellation bioéthanol faisant référence à l’origine vivante végétale et non fossile de ce carburant.

Le bioéthanol, produit en France sans huile de palme, est issu de la fermentation des sucres et de l’amidon que l’on trouve dans les betteraves sucrières, les céréales et leurs résidus de transformation. Il ne contient pas d’huile de palme et se place en tête des biocarburants le plus utilisé au monde.

 « On est confronté à une première problématique liées aux constructeurs », explique Jordan Grimaud responsable d’une entreprise de programmation sur calculateur éthanol à Limoges. Les constructeurs automobile explique-t-il, ne veulent pas que l’on utilise l’éthanol. Il faut que les clients sachent que s’ils installent un boitier ils perdent la garantie constructeur même s’ils font une programmation du boîtier homologué, se désole le responsable. Attention souvent les publicités font croire que les garanties sont maintenues, ce n’est pas le cas ; la garantie boîtier n’est pas équivalente à la garantie constructeur. C’est là-dessus qu’ils se font avoir. Ils ne le savent d’ailleurs pas toujours, c’est la raison pour laquelle on n’installe pas de boîtier », prévient Jordan Grimaud.

Dans cette succursale  automobile de voiture française de Limoges, on confirme qu’il n’y a pas de garantie constructeur sur les véhicules modifiés. D’ailleurs, une close dans les conditions générales de ventes, précise que : « les éléments du véhicule ayant fait l’objet d’une transformation, ainsi que les conséquences (dégradation, usure prématurée, altération…) de la transformation sur les autres pièces ou organes du véhicules, ou sur les caractéristiques de celui-ci, sont exclues de la garantie. »

Conversion écologique ?

« La plupart des personnes ne se convertissent pas pour des raisons écologiques. Faut pas se raconter d’histoire" insiste Jordan Grimaud. "C’est d’abord l’argument économique qu’ils mettent en avant. La conversion fait qu’ils ne payent plus qu’entre 20 et 25 euros le plein. C’est immédiat » résume-t-il.

C’est quoi l’éthanol, le bioethanol E85 ?

L’éthanol est un mélange constitué d’un biocarburant (l’éthanol) et d’essence. Il est utilisé depuis des années au Brésil, en Suède et aux États-Unis. Il a été introduit sur le marché français en 2007.

« La France est le premier producteur européen d’alcool agricole, avec 24 % de la production européenne, utilisé majoritairement pour les carburants. Le bioéthanol français est donc fabriqué à partir de matières premières made in France, dans des distilleries implantées dans les territoires ruraux. Une même betterave sert à faire du sucre, de l’éthanol et – avec sa pulpe – de la nourriture pour les animaux.», selon le site bioethanolcarburant.com

Le bioéthanol, un carburant plus écologique ?

Ecologique ou pas, la question n’est pas aussi tranchée. Toujours est-il que le bioéthanol permet de réduire de 5% les émissions de CO2, selon le site de producteurs et de planteurs de bioéthanol.

La reprogrammation au calculateur Ethanol ?

Il s’agit d’installer de fichier électronique sur le véhicule, « il n’y a pas de rajout de pièce, rassure Jordan Grimaud. Ça coûte entre 600 et 900 euro en fonction du moteur. La consommation de carburant augmente sensiblement de 15 à 20%, mais vu le prix de l’éthanol à la pompe, c’est vraiment intéressant », argumente le professionnel.

L’électrique au détriment de l’éthanol

L’Etat a fini par homologuer les boîtiers éthanol, il y a deux ou trois ans seulement. Autant dire, qu’il n’est pas très pressé de développer ce secteur. Tout est mis sur l’électrique, alors que ces deux sources d’énergie sont complémentaires. « Sur chaque boîtier vendu, l’Etat récupère 20% de taxe, notamment pour financer la carte grise et payer l’installation », s’étonne le professionnel, installé à Limoges depuis 6 ans. C’est d’ailleurs la crise des Gilets jaunes qui a quelque part favorisé l’homologation de l’éthanol, car le prix du carburant devenait de plus en plus cher.

Combien ça coûte ?

L’installation du boîtier coûte aujourd’hui entre 1000 et 1600 euros en fonction du type de moteur. L’éthanol est censé être un carburant propre. Le limousin compte une quinzaine d’établissement à proposer des boîtiers ou la programmation éthanol. L’entreprise de Jordan Grimaud de la programmation éthanol grâce au calculateur électronique. Elle réalise entre 3 et 5 programmations par semaine. « En général, ce sont des véhicules qui ne sont plus sous garanties constructeurs », précise le chef d’entreprise. On ne peut pas parler d’engouement. « Ce qu’il y a, c’est qu’il s’agit d’un carburant qui n’est pas taxé, c’est la raison pour laquelle il est moins cher. Peut-être que l’Etat ne développe pas ce secteur, parce qu’il n’y a pas de taxe importante là-dessus. Et peut-être aussi parce qu’il y a une pression des lobbies de l’automobile pour favoriser l’électrique ». Le Bioéthanol peut être la solution carburant en période de crise pétrolière.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
biocarburants environnement économie écologie région nouvelle-aquitaine