Sécurité routière. Retour au 90 km/h sur certaines routes départementales : le point en Limousin

Le conseil départemental de Corrèze était devant le tribunal administratif de Limoges ce mardi 20 juin 2023. La ligue contre la violence routière conteste la décision du département de revenir, depuis 2020, à 90 km/h sur les axes secondaires. En Limousin, la Creuse aussi est repassée au 90 km/h et la Haute-Vienne partiellement.

Le conseil départemental de Corrèze était devant le tribunal administratif de Limoges ce mardi 20 juin 2023 au matin. La ligue contre les violences routières conteste le choix fait par ce département en 2020 de faire repasser les routes départementales à 90 km/h. Le rapporteur public s’est prononcé en faveur de l’annulation des arrêtés qui autorisent les 90 km/h à partir du 1ᵉʳ janvier 2024. Le tribunal rendra sa décision le 4 juillet prochain.

Les arguments souvent avancés dans ces recours sont la sécurité routière. En effet, la vitesse reste la première cause d’accidents en France. Et, les routes départementales sont les axes les plus accidentogènes. En 2018, le gouvernement d’Edouard Philippe avait alors mis en place la mesure des "80 km/h partout" sur toutes les routes départementales à double sens sans séparateur central. À partir du mois de juillet, cette mesure devait être mise en pratique.  

Quel effet sur les accidents ?

Les chiffres des départements de la Corrèze et de la Creuse concernant les accidents de la route sont consultables sur le site gouvernemental de l’observatoire départemental de la sécurité routière. Mais, les données ne permettent pas de comparer les accidents qui ont eu lieu spécifiquement sur les routes départementales. Pour ces deux départements, les chiffres concernent tous les types de routes (secondaires, nationales, autoroutes…).

En revanche, d'après les chiffres donnés par le département de la Haute-Vienne, le constat est sans appel : en 2019, alors que toutes les routes départementales étaient à 80 km/h, le nombre d’accidents était moins élevé qu’en 2022, date à laquelle 10% de ces axes sont repassés au 90 km/h.

Ainsi, en 2019, en Haute-Vienne, sur les routes départementales, 121 accidents ont eu lieu contre 158 en 2022, soit une hausse de 31%. En ce qui concerne le nombre de morts toutefois, il y a eu un tué de moins en 2022 qu’en 2019 passant de 10 tués en 2019 à 9 tués en 2022.

Le retour au 90 km/h sur 400 kilomètres de routes départementales (sur les 4000 kilomètres du département) coïncide donc avec une augmentation du nombre d’accidents. Sachant que, toujours selon les chiffres du conseil départemental, sur les sections concernées par le retour aux 90 km/h il y a bien une hausse des accidents par rapport à 2019, lorsque les routes étaient à 80 km/h.

Mais, selon le rapport du département, les mauvais résultats en terme de sécurité routière en 2022 en Haute-Vienne, ne peuvent se résumer à la vitesse, car cette augmentation concerne l’ensemble des routes départementales et pas seulement les sections concernées par la hausse de la vitesse maximale autorisée. Selon Stéphane Destruhaut, élu en charge des routes et des mobilités en Haute-Vienne, il faut attendre pour tirer des conclusions sur le retour à 90 km/h sur certains axes et sur la hausse des accidents : la période est trop courte, selon lui, pour être significative et l’augmentation "trop faible" pour être révélatrice. De plus, l’élu évoque l’alcool et la prise de stupéfiants comme cause première des accidents de la route dans le département.

Le passage de 90 à 80 km/h et le rétropédalage

En Creuse et en Corrèze, l’ensemble des routes départementales sont repassées à 90 km/h. Depuis la loi LOM de décembre 2019, il est possible, pour les départements, de faire une dérogation pour mettre fin au 80 km/h. C’est ce qu’ont fait ces départements, dont les préfectures ont indiqué, ce mardi, n’être jamais vraiment passé à 80 km/h. Du côté de la Haute-Vienne, sur les 4 000 kilomètres d’axes secondaires, 10% sont repassés au 90 km/h.

Selon la Ligue des conducteurs, sur les 96 départements métropolitains, 44 ont fait le choix de revenir au 90 km/h et sept ont fait le choix d’un retour complet, dont la Creuse et la Corrèze. Sont également concernés l’Ardèche, le Puy-de-Dôme, l'Aveyron et l’Allier.

Pourtant, d'après l'Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR), les départements qui sont restés à 80 km/h ont connu une baisse de 12% de leur mortalité entre 2020 et 2021. Sur la même période, les 39 départements qui ont remonté la vitesse à 90 km/h pour tout ou partie de leur réseau routier ont connu une stagnation de leur accidentalité. En France, la vitesse reste la première cause d’accidents.