Routes à 80km/h : polémique en Creuse et en Corrèze autour des nouveaux panneaux

A partir du 1er juillet 2018, la mise en pratique de la limitation à 80 km/h sur les axes secondaires sera effective. Si elle ne remet pas fondamentalement en cause la mesure, Valérie Simonet, présidente du Conseil Départemental de la Creuse, ne veut toutefois pas la financer.

En février, Valérie Simonet avait voté, avec sa majorité, un « vœu » s’opposant au changement de limitation, adopté par 23 voix sur 30.
En février, Valérie Simonet avait voté, avec sa majorité, un « vœu » s’opposant au changement de limitation, adopté par 23 voix sur 30. © PHOTOPQR/PHILIPPE PAUCHET/ VOIX DU NORD/maxppp
Le conseil départemental de la Creuse refuse de financer le changement de panneaux routiers. La présidente, Valérie Simonet (Les Républicains), veut laisser l'opération entièrement à la charge de l'État :

Quand le gouvernement veut mettre en place de nouvelles mesures, qu'il en assume le financement.

En réalité, l’Etat charge les départements de changer les panneaux 90 km/h pour des modèles à 80 km/h. Le coût de l'opération étant refacturé à l’Etat et ne coûtant rien aux départements. Enfin presque, car les départements doivent avancer l’argent, et se faire rembourser, en théorie, en 2019.

Pas de dérogations 

Difficile aussi de digérer le refus de l'Etat de mettre à part certains axes structurant. Des axes où les collectivités ont pourtant englouti des dizaines de millions d'euros pour élargir les voies, gommer les virages ou créer des créneaux de dépassement.

Il n'y a pas eu de discussions, juste une lettre du Monsieur le Préfet qui me disait que le décret s'appliquerait, point barre.

Ecoutez Valérie Simonet, au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC :

Même son de cloche en Corrèze. Pascal Coste, le président du conseil départemental de la Corrèze, ne veut pas non plus payer la facture.

Réaction de Pascal Coste


Et ces propos n'ont pas tardé à faire réagir. Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse LREM, défend la limitation avec l'argument de la sécurité routière.


Mais au fait, combien y a t-il de panneaux à changer ? Là, les comptes s'embrouillent."Quelques panneaux dans le département seront changés, c'est à peine 5 panneaux", explique Magali Debatte, préfète de la Creuse.

En réalité, les services de l'Etat en oublient une vingtaine sur le réseau départemental et communal. C'est là que le bras de fer s'engage, jusqu'à la séance plénière du 29 juin 2018, où Valérie Simonet compte faire voter une permission de voirie.

80km/h : la Creuse freine aussi !

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité politique réseaux sociaux polémique