Série Paroles de Confinés : à Limoges, Jade enseigne gratuitement la langue des signes

Premier épisode de notre nouvelle série Paroles de confinés à la rencontre de Jade Grelaud, une jeune limougeaude qui s'illustre sur Instagram grâce à la langue des signes.
Vous pouvez suivre Jade sur sa page instagram : Jade_LSF
Vous pouvez suivre Jade sur sa page instagram : Jade_LSF © C. Rongère / France télévisions
Jade Grelaud fait partie de la jeune génération de confinés : sourde de naissance, elle connaît la dure réalité du langage et a souffert du port du masque, un sérieux frein à la communication. 
 

Etudiante infirmière à Limoges, elle constate le désarroi de certains patients sourds : "pendant mon stage j'en ai rencontré un, oh c'était vraiment très difficile pour les infirmières, elles ne savaient pas comment faire ! Je lui ai donc fait des signes et là, il était très content, vraiment ému. Ca m'a touchée alors je me suis dit, allez, il faut que je montre les signes à tout le monde". 

Sur sa page instagram, elle propose donc d'enseigner gratuitement la langue des signes pour agrandir sa communauté. Parmi ses followers, Mathilde Audoin, elle aussi élève infirmière, prend goût à l'exercice.
 

C'est plus facile d'apprendre en vidéo parce qu'elle nous apporte une gestuelle alors qu'un livre ça reste des pages sans explication, sans gestes précis. Là on peut travailler la dextérité parce qu'il y a des lettres plutôt importantes où on galère pas mal ! 

Mathilde Audoin, étudiante en école d'infirmière



 
Paroles de confinés : Jade Grelaud, instagrameuse en langue des signes ©France 3 Limousin


Ces deux futures infirmières veulent aider les plus vulnérables. "La communication est une grossse barrière dans la prise en charge d'un patient explique Mathilde. Connaître la langue des signes, c'est avoir une meilleure prise en charge".
 

Pour moi ce n'est pas un handicap parce que je le vis très bien. Quand j'enlève mon appareil, je suis bien dans le silence, il n'y a pas de problème

Jade Grelaud




Selon APF France Handicap, 12 millions de personnes - soit 1 individu sur 6 dans notre pays - souffrent de handicap. Entre nervosité et solitude, ces personnes craignent d'être les grandes oubliées de ce deuxième confinement

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : conseils pratiques santé société handicap solidarité