Suite du feuilleton de l’élection à la présidence du District de Football de la Haute-Vienne

Contestée, l’élection à la présidence du District de Football de la Haute-Vienne, le 18 septembre dernier, était examinée par le tribunal judiciaire de Limoges ce jeudi 14 janvier. On connaitra le délibéré du tribunal le 4 février prochain.

On devrait connaitre (normalement) le résultat de l'élection à la présidence du District de Football de la Haute-Vienne le 4 février prochain, alors qu'elle a eu liu le 18 septembre dernier ! (illustration)
On devrait connaitre (normalement) le résultat de l'élection à la présidence du District de Football de la Haute-Vienne le 4 février prochain, alors qu'elle a eu liu le 18 septembre dernier ! (illustration)

Après 18 ans à la tête du District de Football de la Haute-Vienne, Bernard Ladrat passait la main en septembre 2020.

Deux listes s’opposaient alors pour lui succéder : celle menée par Jacques Pleinevert, vice-président sortant et celle de Timothée Johnson, président de la commission d’appel de la Ligue  de Nouvelle-Aquitaine. Extrêmement serrée, l’élection livrait son verdict le 18 septembre, avec la victoire par cinq voix d’avance de la liste de Jacques Pleinevert.

Mais ses opposants contestaient cette victoire, car, selon eux,  l’annulation sans fondement de deux bulletins comptant pour six voix, en leur faveur, avait changé la donne. Timothée Johnson avait, dans un premier temps, saisi le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF).
Si le Comité ne peut annuler l’élection, seul le juge en a le pouvoir, il avait toutefois proposé l’organisation d’une nouvelle élection.

Cette proposition de conciliation a été refusée par le comité de direction du District de la Haute-Vienne fin octobre (17 voix contre, une abstention).

Aussi la « liste Johnson », dite Lab Foot 87, a-t-elle déposée une requête devant le tribunal judiciaire de Limoges, pour demander au juge de réintégrer dans le décompte final les deux bulletins déclarés nuls, et donc la déclarer vainqueur de l’élection.

« Si le juge l’estime nécessaire, il prononcera l’annulation du scrutin, et nous nous représenterons. Mais ce n’est pas notre première demande. Il faut respecter le suffrage des clubs. Il n’y a aucun fondement à l’annulation de ces bulletins.», nous a dit Timothée Johnson.

De son côté, Jacques Pleinevert a bien sûr contesté cette demande. « On maintient notre position, pour que ces bulletins soient toujours considérés comme nuls. Et donc aujourd’hui, tant que ces élections ne sont pas invalidées, je suis le président du district. Après, on respectera la décision de la justice. Et si de nouvelles élections doivent avoir lieu, avec mes colistiers, je serai à nouveau candidat. ».

Le tribunal judiciaire de Limoges a mis sa décision en délibéré, au 4 février prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport justice société