• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Trois mois de prison ferme pour la gérante du restaurant inter-entreprises du Mas-Loubier à Limoges

Les membres du bureau de l'association se sont sentis "trahis" / © F3 Limousin / A. Abalo
Les membres du bureau de l'association se sont sentis "trahis" / © F3 Limousin / A. Abalo

Poursuivie pour "abus de confiance", la gérante du restaurant inter-entreprises du Mas-Loubier à Limoges a été condamnée à trois mois de prison ferme lundi 12 novembre 2018. Le préjudice s'élève à près de 150 000 € d'août 2010 à mars 2017.

Par Annaick Demars

De 2010 à 2017, la gérante du restaurant inter-entreprises du Mas-Loubier à Limoges aura dépensé près de 150 000 euros pour son usage personnel en encaissant d'abord sur son compte des chèques de clients (251 au total !) puis en utilisant la carte bleue du restaurant à son profit.

Poursuivie pour "abus de confiance", cette femme de 57 ans a comparu lundi 12 novembre 2018 dans le cadre d'une reconnaissance préalable de culpabilité. Elle a été condamnée à 3 mois de prison ferme (8 mois de prison dont 5 avec sursis) ainsi qu'une mise à l'épreuve pendant 2 ans et une obligation de soins. Elle ne devrait pas être incarcérée durant ces trois mois. Le juge d'application des peines devrait décider de mesures alternatives comme la pose d'un bracelet électronique

Suspendue par mesure disciplinaire, en dépression et sous traitement depuis plusieurs mois, elle a collaboré à l'enquête menée par la brigade financière du SRPJ de Limoges.


UNE ADDICTION AU JEU



Elle déposait l'argent sur son compte personnel pour assouvir son addiction au jeu. Selon l'enquête, elle a misé 159 855 euros durant cette période via du jeu en ligne ou des tickets à gratter.

Très satisfaits de son travail, les membres du bureau de l'association qui gère ce restaurant inter-entreprises lui faisaient confiance : ils ont exprimé leur sentiment de "trahison" au moment de l'audience. Suspendue par mesure disciplinaire, en dépression et sous traitement depuis plusieurs mois, la prévenue avait immédiatement reconnu les faits, elle a toujours fait profil bas et collaboré à l'enquête.
 

Sur le même sujet

Disputandum #31 : Sécheresse va-t-il falloir s'y habituer ?

Les + Lus