Limoges : un homme déjà connu des services de police, interpellé après les violences urbaines au Val de l'Aurence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Nassuf Djailani .

Interpellé le 10 août, l'homme nie catégoriquement les faits, mais un faisceau d'indices ont incité les enquêteurs à le mettre aux arrêts. Le jeune homme est soupçonné d'avoir participé à des violences envers des policiers et des pompiers dans le quartier du Val de l'Aurence à Limoges au début du mois d'août.

Déjà connus des services de police, un jeune homme vient d’être interpellé et placé en garde à vue à la maison d’arrêt de Limoges en attendant sa comparution immédiate le mardi 16 août. Dix jours après les violences envers des policiers dans le quartier du Val de l’Aurence à Limoges, ce jeune homme qui vient d’être interpellé par les enquêteurs, a 18 ans.

Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir participé aux jets de pierres, à la manipulation de cocktails Molotov, d'avoir tenu un mortier et d'avoir approvisionné ses complices en sacs de pierre alors qu'il avait le visage encagoulé. Lui nie catégoriquement les faits. Le jeune majeur, dont le casier judiciaire comporte 26 mentions pour vol, cambriolage, incendie volontaire ou trafic de stupéfiants, a été placé en détention provisoire dans l'attente de son jugement.

Après son interpellation, les policiers révèlent que le mis en cause « portait exactement les mêmes chaussures que le soir des émeutes », et qu’il était « porteur de lunettes spécifiques, aux cheveux longs dépassant de sa cagoule et à la corpulence longiligne possède déjà 26 mentions dans ses antécédents judiciaires ».

Auditionné à deux reprises, l’intéressé, assisté de son avocat conseil, "nie catégoriquement les faits malgré les éléments à charge", rapporte la sûreté départementale de Limoges.

Pour rappel, le quartier prioritaire du Val de l'Aurence a connu deux nuits d'affrontements en début de mois. Entre lundi et mardi, des pompiers et des policiers les accompagnants lors d'une intervention sur un véhicule en feu ont été pris pour cibles par des jets de projectiles, de cocktails Molotov et de mortiers. La nuit suivante, des policiers ont à nouveau été visés. Des CRS, déployés en renfort, ont rapidement ramené le calme.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité