Un policier de Limoges condamné pour des violences commises à Beaubreuil lors d'une interpellation

Pour des violences commises sur un homme lors d'une interpellation le 21 avril 2020 dans le quartier de Beaubreuil à Limoges, un fonctionnaire de la Police nationale a été condamné à trois mois de prison avec sursis dans le cadre d'une procédure de reconnaissance préalable de culpabilité.

© France Lemaire / France 3

Un policier de Limoges a été condamné, le 13 mai 2021, à trois mois de prison avec sursis et six mois d’interdiction d’exercer avec sursis, dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Cette condamnation fait suite à un rapport de l'IGPN  (inspection générale de la Police nationale) qui avait conclu à des "violences commises par un policier dans l’exercice de ses fonctions" lors d'une interpellation. 

Le mardi 21 avril 2020, un homme d’une quarantaine d’années avait été interpellé dans le quartier de Beaubreuil de Limoges. Il avait été placé en garde à vue pour usage de stupéfiants, outrage, rébellion, menaces de mort et violence. 
 
Ce sont les conditions de l’interpellation qui posaient problème. Alors que l’homme était maîtrisé par les policiers qui l'avaient mis à terre, l’un de leurs collègues était arrivé en courant et lui avait asséné un violent coup de pied dans le dos. 

La sanction judiciaire à l'encontre du policier sera suivie d'une audience disciplinaire au sein de la Police nationale. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers justice