Victoire à la Pyrrhus pour le Limoges CSP en Coupe de France

Le Limoges CSP s’est difficilement imposé dimanche soir en quart de finales de Coupe de France face à Gravelines, 72-65. Mais il a sans doute perdu Roméo Travis sur blessure.

Mehdy Mary, l'entraineur du Limoges CSP, particulièrement touché par la probable grave blessure de Roméo Travis malgré la victoire des siens.
Mehdy Mary, l'entraineur du Limoges CSP, particulièrement touché par la probable grave blessure de Roméo Travis malgré la victoire des siens. © M Dégremont/France Télévisions

 

Le dernier carré de la Coupe de France, une première pour le CSP depuis 2012 !

Oui, mais…

Tout d’abord, la demi-finale s’annonce des plus ardues, puisque les hommes de Mehdy Mary devront aller défier l’ogre ASVEL, sur son parquet de l’Astroballe, le 15 avril prochain.

Et puis surtout, Roméo Travis, « capitaine de banc et de voix », a dû quitter le parquet lors du deuxième quart, après un shoot.
Tout de suite, il a semblé évident que c’était son genou qui était touché, et si l’on est dans l’attente de plus d’informations, le voir quitter le Palais des Sports avec deux béquilles n’encourageait guère à l’optimisme.

Il n’y avait qu’à voir Medhy Mary défait en conférence de presse d’après-match…

« Put… c’est dur... Romeo est venu pour vivre une dernière aventure. Il est dévoué au collectif. Quand il se pète, je n’ai pas de doute. Je sais que c’est le genou... Et ce n'est sans doute pas une tendinite. »

C’est un vrai coup dur pour Limoges.

À l’infirmerie se trouve déjà Marcus Ginyard. Et l’on sait que Ludovic Beyhurst et Grismay Paumier avaient été particulièrement ménagé la semaine dernière.
Or avec la reprise du Championnat, sans même compter la Coupe de France, c’est un véritable marathon auquel le club limougeaud se retrouve confronté, jusqu’à la mi-juin normalement.

Si la gravité de la blessure de Travis était confirmée, il faudrait donc lui trouver un remplaçant.
Mais la masse salariale du CSP est encadrée, et quand bien même, le club ne pourrait recruter qu’un joueur déjà sur le sol européen, en raison de la crise sanitaire.

Presque une mission impossible…

On le savait, depuis le début mars et la reprise, l’état de forme allait être primordial.
Mais avec le rythme effréné, la Jeep Élite© croule sous les blessures, ce que regrettait également Serge Crèvecoeur, l’entraineur nordiste.

Gagner, tout en évitant les blessures : l’équation et simple, elle est pourtant quasi insoluble…

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
limoges csp basket-ball sport