• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Victoire laborieuse du Limoges CSP, 88-84, face à Châlons-Reims

Victoire difficile pour François Peronnet et ses hommes, 88 à 84 face à Châlons-Reims. / © Jean-Martial Jonquard/France 3 Limousin
Victoire difficile pour François Peronnet et ses hommes, 88 à 84 face à Châlons-Reims. / © Jean-Martial Jonquard/France 3 Limousin

Au terme d’une rencontre jamais maîtrisée, et en se faisant peur jusqu’au bout, le CSP s’est tout de même imposé, 88 à 84 contre Châlons-Reims. Le voilà en tête d’un peloton de cinq en lutte pour les deux dernières places qualificatives des play-offs.

Par Jean-Martial Jonquard

Le fait du match ? Le panier réussi du milieu du terrain par un spectateur, lors du concours organisé par un partenaire du CSP !

On plaisante à peine, mais lorsqu’il fut réussi, la rencontre, elle, était plutôt insipide.
Pas tant en terme de points d’ailleurs, non, en matière d’implication des joueurs limougeauds.
 

Un feu vite éteint

Ils avaient pourtant bien débuté, dans le sillage d’un Jerry Boutsiele en feu, 10 points en à peine cinq minutes ! Mais l’adresse limougeaude n’était pas la même que lundi soir face au Mans, et à force d’abnégation et sur un shoot au buzzer, Châlons arrachait l’égalité à la fin du premier quart, 22 partout.
 

Un match yoyo

Comme un gros chat jouant paresseusement avec une souris, Limoges reprenait les devants, sans jamais toutefois accélérer, plus encore, sans jamais véritablement faire la différence. Et sans s’en rendre compte, le CSP laissait les visiteurs virer en tête à la pause, 46-49. Oui, 49 points encaissés par Limoges à la mi-temps ! Est-il besoin de préciser que comme souvent cette saison, sa défense était aux abonnés absents !

Heureusement, le retour des vestiaires allait offrir à Beaublanc un autre visage de son équipe.
Une adresse et une défense retrouvée, et voilà que sur un dunk monstrueux de combat du jeune Sekou Doumbouya, Limoges menait 66-55 après 26 minutes, en ayant donc infligé depuis la reprise un 20-6 à ses adversaires.

Beaublanc rugissait de plaisir, et pensait vivre une fin de match à sens unique… Grossière erreur ! Avec un 9-2 en leur faveur, les Marnais revenaient à 4 points, 68-64, à la fin du troisième quart.

Le dernier acte fut assez incompréhensible côté limougeaud. Les hommes de François Peronnet prenaient quasiment toutes les deux minutes une dizaine de points d’avance. Mais pour à chaque fois, deux minutes plus tard, en céder la moitié. Et il en fut de même dans les ultimes soixante secondes !

Belle paire US

Jusqu’au bout, Limoges aura tremblé. Et sans sa monumentale paire américaine, Dwight Hardy et Jordan Taylor (21 points dont 6/8 à trois points pour le premier, 22 points, 12 passes décisives et 30 d’évaluation pour le second, presque la moitié des points de Limoges à eux deux !!), nul doute que le résultat eut été différent… Score final, 88-84.


Pourtant que la victoire est moche

Mais on dit que seule la victoire est belle. Si celle-là fut plutôt moche, elle est du moins capitale. Voilà Limoges revenu à la tête d’un peloton de cinq équipes (Levallois, Bourg-en-Bresse, Le Mans et Boulazac), toutes avec 14 victoires et 12 défaites, pouvant ce soir lorgner sur les 7èmes et 8èmes places finales, synonymes de play-offs.

Il reste 8 matchs au CSP pour les accrocher mais, en ne comptant que sur lui, sa marge d’erreur est infime. D’autant plus avec sa défense si perméable. Il faudra faire avec et s’imposer tout de même inlassablement. Et ce dès samedi prochain, le 13 avril, en déplacement à Cholet.

Sur le même sujet

Les pompiers des Landes obtiennent satisfaction

Les + Lus