VIDÉO. Haute-Vienne : le nombre d'entreprises en difficulté est en augmentation

Publié le

Le tribunal de commerce de Limoges traite une quinzaine de dossiers par audience. Entre le dernier trimestre 2021 et le dernier trimestre 2022, les entreprises en difficulté ont été deux fois plus nombreuses.

Sur la terrasse de son restaurant, à Isle, Dominique Iguedjtal range les chaises. Pour la dernière fois. 

La liquidation

Après une pause d'un mois, il devait reprendre son activité, pourtant les portes resteront définitivement fermées. 

On a été obligé de déposer le bilan, et de se mettre en liquidation, directement

Dominique Iguedjtal, gérant d'un restaurant

La faute à la conjoncture : alors qu'il a acheté son restaurant en 2019, Dominique Iguedjtal n'a jamais retrouvé la clientèle d'avant-covid. Il a aussi connu des problèmes de recrutement, courants dans la restauration. 

En hausse

Ce restaurateur n'est pas le seul à avoir rencontré des écueils. En Haute-Vienne, le nombre d'entreprises en difficulté est en forte hausse. À la fin de l'année 2021, elles étaient 35 contre 76 un an plus tard, soit plus du double. 

Le tribunal de commerce de Limoges traite une quinzaine de dossiers par audience. Bruno Nony, le président de cette juridiction, voit parfois des chefs d'entreprise découragés.  "Il y a beaucoup de liquidations sèches, des entreprises qui ne passent même pas par la case redressement, c'est-à-dire qu'on voit des chefs d'entreprise qui baissent les bras", constate Bruno Nony, avant d'avancer plusieurs solutions, comme le remboursement du prêt garanti par l'État sur dix ans, au lieu de quatre actuellement. 

On peut l'entendre dans le reportage suivant dans lequel intervient aussi Dominique Iguedjtal, le restaurateur. Un reportage d'Antoine Jégat, Matthieu Dégremont et Antonio Dos Santos

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité