VIDÉO. Les aéroports de Limoges et Brive épinglés par la Cour des comptes

durée de la vidéo : 00h01mn36s
Les 41 aéroports français de taille intermédiaire sont une nouvelle fois dans le viseur de la Cour des comptes. Limoges et Brive ne font pas exception. Une analyse qui fait réagir les gestionnaires de ces plateformes aéroportuaires. Intervenants : Pierre Massy, président de la CCI de Limoges - Alain Rousset, président de la Région Nouvelle Aquitaine. Équipe : Jean-Marie Arnal, Nassuf Djailani, Mary Bernhard. ©FTV

Les 41 aéroports français de taille intermédiaire sont une nouvelle fois dans le viseur de la Cour des comptes. Limoges et Brive ne font pas exception. Une analyse qui fait réagir les gestionnaires de ces plateformes aéroportuaires.

Une "fragilité économique structurelle" de 41 aéroports français de taille intermédiaire, voilà la situation pointée du doigt par la Cour des comptes. Brive Vallée de la Dordogne et Limoges-Bellegarde n'échappent pas à ce constat.

Plus grave, le rapport dénonce le manque de vision d'ensemble des gestionnaires et financiers publics ou privés et leur dépendance vis-à-vis des compagnies aériennes à bas coût. Ce que réfute le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Haute-Vienne.

"Évidemment que ce mode de financement est atypique, tempère Pierre Massy, le président de la CCI Haute-Vienne. Évidemment que ce fonctionnement des compagnies aériennes est atypique, mais il est aujourd'hui et depuis plus de vingt ans le mode de fonctionnement d'une très grande partie des aéroports régionaux qui maillent le territoire et qui permettent à nos territoires régionaux, loin des grands aéroports métropolitains, d'avoir des moyens de communication internationaux."

Face à lui, le président de Région socialiste Alain Rousset, en visite au Lac de Vassivière ce lundi 26 juin, tire à boulet rouge sur ces compagnies qui, selon lui, ne survivent qu'au travers des aides publiques.

"Il faudrait que la Cour des comptes s'adresse aussi à l'État en leur disant : mais, est-ce que ce n'est pas une concurrence déloyale ? Est-ce que ce n'est pas nous mettre dans un chantage effrayant en disant, je baisse le service de mes liaisons aériennes et en même temps, je me fais tout payer. Pardon de le dire, c'est des voyous !", tempête Alain Rousset. 

La région Nouvelle-Aquitaine possède 25% des parts de l'aéroport de Brive, près de la moitié de celles de Limoges-Bellegarde. En 2023, elle a contribué financièrement à hauteur d'1,1 million d'euros pour Brive Vallée de la Dordogne et 3,5 millions d'euros pour Limoges.

La Cour des comptes recommande à l'État de revoir et d'harmoniser le maillage aéroportuaire français. À titre de comparaison, l'Allemagne compte treize aéroports intermédiaires, le Royaume-Uni vingt-huit et l'Espagne trente.

Récit de Jean-Marie Arnal