VIDÉO. Natation : malgré une blessure, Léane Morceau part à la conquête des championnats de France Handisport

durée de la vidéo : 00h02mn00s
Les championnats de France handisport de natation se déroulent ce week-end à l'Aquapolis de Limoges. Un événement qui réunira environ 130 compétiteurs, et parmi eux Léane Morceau. La jeune femme de 19 ans, mal voyante, est actuellement l'une des toutes meilleures françaises. ©France Télévisions

La jeune femme de 19 ans, mal voyante, est actuellement l'une des toutes meilleures Françaises. Et elle compte bien s'illustrer lors des championnats de France handisport de natation qui se déroulent ce week-end à l'Aquapolis de Limoges. Un événement qui réunira environ 130 compétiteurs.

Quand on la retrouve à l’Aquapolis de Limoges ce jour-là, Léane Morceau effectue les derniers plongeons, les dernières longueurs ainsi que les derniers petits ajustements avant le début de la compétition, ce vendredi matin à partir de 9 heures. Sur les bords du grand bassin de l’Aquapolis de Limoges, son entraîneur suit de près l’entraînement.

 

« La priorité, réaffirme-t-il à Léane, c’est de retrouver cette sensation de fin de mouvement. D’accord. J’appuie bien sûr la main et je sors bien mon épaule dans la foulée… »

Léane Morceau est originaire de Neuville-de-Poitou, elle s’entraîne avec le club athlétique de préparation olympique Limoges depuis deux ans. Une ville qu’elle a choisie, notamment pour y suivre ses études de kiné. La jeune femme a commencé la natation à très haut niveau il y a seulement trois ans. Elle a raflé cinq médailles, dont deux en or au championnat de France 2021. L’an dernier, pas de titre, mais d’excellents chronos en World Series à Sheffield, 4e et 5e place mondiale sur ses deux spécialités : le 100 mètres dos et le 100 m papillon. Mais au début du printemps, Léane s’est blessée à la main. Cinq semaines sans entraînement, pas de quoi la décourager.

« J’ai hâte, après physiquement, malheureusement avec cette blessure, je n’ai pas la préparation qu’on souhaitait, mais on va faire avec, et on va faire au mieux ». Quand on lui demande comment elle se sent, elle déclare dans un fou rire que « ça va, ça va », mais elle admet ne pas « être au meilleur de mes capacités, mais ça va le faire ».

Un enthousiasme et une confiance que partage son entraîneur. Il est conscient du potentiel de sa petite protégée : « Je pense qu’elle va s’en sortir, parce qu’elle a un caractère de compétitrice. L’année dernière, elle a fait un très bon temps, malgré une saison difficile pour elle l’an passé. Elle a su sortir son épingle du jeu. Je pense qu’elle a ce caractère de compétitrice. On dit souvent, il y a des nageurs de compétitions, et il y a des nageurs d’entraînement, elle, elle est clairement une nageuse de compétition », se félicite son entraîneur.

 Et à propos de compétition, il y a quelques belles échéances à venir. Évidemment, les championnats de France ce week-end, les championnats du monde début août à Manchester, et puis bien sûr les Jeux Paralympiques de Paris 2024 pour lesquels elle espère bien se qualifier.