VIDEO. Seconde guerre mondiale : le Mont Gargan se souvient des maquisards

durée de la vidéo : 00h01mn55s
Ce dimanche 23 juillet 2023, les traditionnelles commémorations des combats du Mont Gargan se sont tenues. En juillet 44, cette partie du Limousin a été le théâtre de combats extrêmement violents, obligeant les assaillants à se replier et faisant entrer le colonel Guingouin et ses milliers de maquisards dans la légende de la Résistance française. Intervenants : Michèle Guingouin, la fille de Georges Guingouin; Anne-Marie Montaudon, présidente de l'ANACR et René Arnaud,résistant dans les maquis du Mont Gargan. Reportage de P. Mallet, M. Baralle et M. Haranger. ©France 3 Limousin

Le 79e anniversaire de la bataille du Mont Gargan s’est déroulait ce dimanche 23 juillet 2023 en Haute-Vienne. Une cérémonie pour ne pas oublier cet épisode important de la Seconde guerre mondiale en Limousin.

Le 23 juillet 1944, l’armée allemande se replie après 4 jours d’une bataille décisive et qui marque à jamais l’Histoire du Limousin, celle du Mont Gargan. Ce mont, l’un des contreforts du Massif Central, culmine à 731 mètres au sud-est de la Haute-Vienne. Par beau temps, les randonneurs et les visiteurs peuvent y admirer un panorama exceptionnel du plateau de Millevaches et des Monédières. Car, désormais, l'endroit est un lieu de mémoire de la Résistance et un site touristique renommé où il fait bon se balader autour des ruines de l’ancienne chapelle, parmi les fougères et les buissons bourdonnant d’une multitude d’insectes.

Quatre jours de bataille 

Difficile d’imaginer qu’à ce même endroit il y a 79 ans, des hommes y ont vécu l’enfer. Entre le 18 et le 24 juillet 1944, les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) emmenés par le Colonel Georges Guingouin se battent contre les unités allemandes. Durant ces quatre jours de combats violents, entre quatre et cinq mille hommes se retrouvent sur ce secteur. L’enjeu est de taille pour les nazis : il s’agit de réduire à néant les maquis de Guigouin. Quatre jours au terme desquels le bilan est lourd: 342 Allemands sont tués et blessés. Côté Français, on compte 38 tués, 54 blessés et 5 disparus.

Devoir de mémoire

Cette bataille est inscrite sur la stèle installée au sommet du Mont Gargan et plusieurs autres stèles rappellent le nom de ces maquisards. Chaque année, à la même date, les familles, les proches et les officiels viennent rendre hommage à ces résistants limousins. Ce dimanche 23 juillet 2023 était donc une journée de commémorations. En présence, comme toujours, de la fille du colonel Guingouin, Michèle Guigouin. Le dernier témoin de cet épisode historique, René Arnaud est aujourd’hui âgé de 98 ans. Il n’a pas pu se rendre sur place, mais il se souvient de cette terrible bataille.