• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Villa Brachaud, Villa Antone : des bâtisses gallo-romaines de rêve

Les vestiges de la villa Brachaud sont visibles au nord de Limoges dans le bois qui jouxte le lac d’Uzurat / © André Abalo / France 3 Limousin
Les vestiges de la villa Brachaud sont visibles au nord de Limoges dans le bois qui jouxte le lac d’Uzurat / © André Abalo / France 3 Limousin

Il y a 2 000 ans, les villas sont légion à Limoges et aux alentours. Deux d’entre elles sont aujourd’hui visibles et très bien conservées. L’une, la villa Brachaud se trouve dans la capitale Lémovice Augustoritum (Limoges) l’autre, la villa Antone se situe à Pierre-Buffière.

Par Margaux Blanloeil

La Villa Brachaud

Au nord de Limoges, dans le bois du lac d’Uzurat se cachent les vestiges d’une villa gallo-romaine. Jean-Pierre Lousteau est l’archéologue qui a fouillé le site. De 1974 à 1986, il découvre la richesse de ces vestiges. Cette villa construite au Ier siècle ap J.C se trouvait à proximité de la cité d’Augustoritum, actuellement Limoges.
Il s’agissait d’un domaine agricole, propriété d’un riche magistrat de la ville.
La villa était une grande bâtisse de 150 mètres de long constituée de deux parties distinctes : la maison d’habitation et les thermes.
De cette grande demeure, seuls les thermes ont pu être mis à jour car le reste de la villa se trouve sous un bois classé et n’a donc pas pu être fouillé.

• Les thermes
Les thermes s’étendent sur 250 m². Ils sont typiques des thermes romains composés de salles froides, tièdes, chaudes et d’une piscine circulaire.
Les traces d’un aqueduc souterrain, taillé dans la roche, ont été découvertes à proximité du site. Ce dernier alimentait les thermes en eau, avec un réservoir puis un système de tuyauterie en plomb. La source se trouvait à 30 mètres de la villa.
Au cours du IVé siècle, la villa est abandonnée puis dépouillée de ses riches décors et de ses matériaux précieux avant de tomber en ruine.
 
Page été : vestiges gallo-romains en Limousin
Villa Brachaud, Villa Antone : des bâtisses gallo-romaines de rêve - France 3 Limousin - Reportage : Margaux Blanloeil, André Abalo
 

La Villa Antone

À Pierre-Buffière, tout le monde la connait. Pourtant, ces vestiges sont dissimulés sous les arbres. Sur le plateau des Boissières, entre deux cours d’eau, le Blanzou et la Briance, la villa Antone s’étend.
Un site né il y a 2 000 ans, au cours du premier siècle de l’ère chrétienne. Le pays vit dans la paix sous la dynastie des Antonins, c’est la Pax Romana et elle va durer trois siècles.
Dans cette villa, qui évoluera au fil des siècles, on découvre des pièces de vie, des thermes, des canalisations, un mur long de 24 mètres et épais de plus de 2 mètres qui soutenait la terrasse sur laquelle a été édifiée la villa Antone. Ainsi qu'une construction circulaire avec un bassin au centre et un autre tout autour (lieu qu’on appelle « Le Nymphée » qui assurait le lien avec les dieux). On retrouve aussi beaucoup d’objets, qui témoignent de la richesse de cette période. Ils sont aujourd’hui, visibles à la mairie de Pierre-Buffière.
© Margaux Blanloeil
© Margaux Blanloeil
 

• La découverte du site et son devenir

C’est l’archéologue Franck Delage qui dans les années 30 entreprend les premières fouilles. Mais, le site est laissé à l’abandon, et est envahi par la végétation.
En 2011, l’association Dupuytren Mémoire Vivante, décide de s’en occuper.
Elle débroussaille, nettoie, terrasse, et convainc peu à peu, les institutions ainsi que les élus de son intérêt archéologique
Grâce à elle, des campagnes de fouilles ont lieu et des projets de protection, de sécurisation du site devraient voir le jour. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus