• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La Limousine, chérie sur tous les continents

© GDUVAL
© GDUVAL

Une délégation néo-calédonienne est venue en Haute-Vienne pour visiter une exploitation à la suite du sommet de l’élevage de Clermont-Ferrand. Les éleveurs d’outre-mer ont conclu un partenariat avec le Pôle de Lanaud.

Par Gwendolina Duval


Ils ont traversé les océans pour notre chère limousine. Une délégation néo-calédonienne était à Saint-Laurent-les-Eglises samedi 7 novembre 2017 pour visiter une exploitation haut-viennoise.

Sauver la limousine en Nouvelle-Calédonie
La Limousine rayonne à l'international. En Nouvelle-Calédonie, elle est historiquement la première race, mais depuis 20 ans, les troupeaux sont décimés par les tiques. Une délégation né-calédonienne est venue à Saint-Laurent-les-Eglises, en Haute Vienne pour visiter une exploitation après la signature d'un partenariat avec le Pôle de Lanaud. Intervenants : Cloé Lafleur, directrice de l'UPRA, Jean-Marc Alibert, éleveur et Président de France Limousin Sélection, et Joe Epperly, éleveur américain. - F3 Limousin - Gwendolina Duval, André Abalo et Antonio Dos Santos


L'UPRA, l’association des éleveurs de Nouvelle-Calédonie vient de conclure un partenariat avec France Limousin Sélection au Pôle de Lanaud à l’occasion du sommet de l’élevage de Clermont Ferrand. L’accord prévoit une collaboration, notamment sur la recherche générique, avec ces éleveurs du bout du monde.


Travailler ensemble, malgré les 20 000 kilomètres de distance


Le partenariat entre les éleveurs du Limousin et de Nouvelle-Calédonie concerne la recherche génétique.
Premièrement, limousines d’outre-mer pourront être à nouveau enregistré au registre généalogique de la race.
Deuxièmement, l’accord prévoit l’utilisation de sondes génomiques pour mesurer les performances des animaux. Concrètement, les éleveurs néo calédoniens pourront envoyer des poils en métropole pour mieux sélectionner leurs bêtes.
Enfin, les éleveurs néo-calédoniens et limousin lance un programme de recherche commun pour lutter contre les tiques.


"En Nouvelle-Calédonie, nous avons un très très gros problème avec les tiques, notamment sur la race limousine". Chloé Lafleur, directrice de l’UPRA.
 

Outre-mer, les vaches meurent d’anémie à cause des tiques. Elles sont si nombreuses sur l’animale qu’elles lui pompent tout son sang.

La limousine, race historique dans le Pacifique


Historiquement, la Limousin est la première race de Nouvelle-Calédonie. Arrivée il y a 150 ans, elle a longtemps été la seule sur l’île. Mais depuis une vingtaine d’année, les troupeaux ont subi les attaques des tiques qui les ont décimés. A tel point qu’aujourd’hui, la race limousine ne représente plus qu’un quart du cheptel parmi une dizaine d’autres.

Les néo-calédoniens n’étaient pas les seuls à venir admirer les bestiaux. Une délégation de République Tchèques et des éleveurs américains ont également fait le déplacement.

Sur le même sujet

Les Montet ont repris la chasse en famille

Les + Lus