Oradour-sur-Glane : un clip de rap tourné dans le village martyr, le maire porte plainte

Il se présente artiste chanteur, et le 22 janvier, il annoncait la sortie d'un nouveau clip pour le 24 janvier. Problème, l'extrait de ce clip dévoile un tournage dans le village martyr d'Oradour. Le maire a porté plainte.

Le village martyr d'Oradour sur Glane
Le village martyr d'Oradour sur Glane © André Abalo F3 Limousin

Son post, ce vendredi 22 janvier, sur son compte Twitter, bien que peu suivi (une vingtaine d'abonnés), n'a pu passer inaperçu à un regard limousin. Un homme, se présentant comme un artiste chanteur, de style hip-hop/rap, a publié l'extrait d'un clip dont la mise en ligne officielle était annoncée pour ce dimanche 24 janvier. Sur cet extrait, on distingue clairement les ruines du village martyr. Il s'agit d'un tournage non-autorisé.

Philippe Lacroix, le maire d'Oradour-Glane- a déposé plainte : "Il faut que les gens comprennent que la liberté c’est la liberté mais on ne peut pas faire n’importe quoi dans un site comme Oradour. C’est un site international, symbole des malheurs, symbole de la douleur et c’est un lieu de recueillement. Et dans un lieu de recueillement on ne fait pas une vidéo de cette nature."

Dans un lieu de recueillement on ne fait pas une vidéo de cette nature.

Philippe Lacroix, maire d'Oradour-sur-Glane

Tout tournage, de quelque nature que ce soit, au village martyr d'Oradour-sur-Glane, doit en effet être préalablement autorisé par l'Unité Départementale de l'Architecture et du Patrimoine à Limoges. 

Celle-ci instruit la demande de prises de vues en consultant l'association des familles des martyrs. Un avis consultatif toujours suivi par la mairie d'Oradour-sur-Glane, également consultée.

Seules les prises de vue à portée historique, respectant la mémoire du lieu et des victimes, ont pu être jusqu'ici autorisées. Il s'agit essentiellement de documentaires.
Un tournage, publié ou non, et non autorisé, expose son ou ses auteurs à des poursuites pénales.

Le maire d'Oradour-sur-Glane a informé, vendredi, l'association des familles des martyrs, la sous-préfète de la Haute-Vienne et le procureur de la république du Tribunal judiciaire de Limoges de l'existence de ce post sur les réseaux sociaux. 

Le teaser a également été partagé sur un compte Instagram auprès de 1 349 abonnés.
Le clip devait être mis en ligne dimanche sur YouTube. La chaîne du chanteur compte un peu plus de 1 000 abonnés. Ses clips précendents cumulent, depuis 2017, un peu plus de 310 000 vues.
Son album de 10 titres est disponible sur plusieurs plateformes de musique en ligne. 

Des antécédents

L'indécence d'un comportement au coeur des ruines du village martyr a toujours été poursuivie par le passé. Il s'agit en effet de respecter et de faire respecter la mémoire de ce lieu où 642 personnes ont été massacrées, le 10 juin 1944, par la division SS Das Reich.    

"La mairie, en accord avec l'association des familles des martyrs d'Oradour n'hésite pas à porter plainte en cas de manquement grave au respect des victimes et des lieux."  Philippe Lacroix, le maire de la commune est catégorique. "Même si, évidemment, nous tenons à la liberté d'expression." 

Mais en l'absence de toute indécence, c'est aussi toute action à des fins commerciales ou artistiques non autorisée qui peut être poursuivie.

Mise à jour  : 

Contacté par notre rédaction, le chanteur n'a pas répondu à notre demande d'interview. Le teaser a été supprimé des comptes Twitter et Instagram et le clip n'a pas été mis en ligne comme annoncé. Lundi 25 janvier, le chanteur ayant présenté ses excuses et ses regrets auprès de mairie et des familles de victimes du massacre du 10 juin 44, aucune poursuite judiciaire ne sera finalement engagée à son encontre ► "Clip de rap tourné à Oradour-sur-Glane : l'auteur présente ses excuses, la mairie renonce aux poursuites judiciaires"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
oradour-sur-glane culture histoire