Clip de rap tourné à Oradour-sur-Glane : l'auteur présente ses excuses, la mairie renonce aux poursuites judiciaires

La mairie d'Oradour-sur-Glane et l'association nationale des familles de martyrs renoncent finalement à engager de poursuites judiciaires à l'encontre d'un chanteur de rap qui avait tourné un clip dans les ruines du village. 

© André Abalo - France 3 Limousin

C'est dans un message, laissé dimanche 24 janvier sur le site internet de la mairie d'Oradour-sur-Glane, que l'auteur du clip s'est manifesté. Il indique "regretter profondément son geste" et "présente ses sincères excuses aux familles des victimes du massacre du 10 juin 1944."

Dans un communiqué, lundi 25 janvier 2021, Philippe Lacroix, maire d'Oradour et Claude Milord, président de l'association nationale des familles des martyrs, Jean Claude Leblois, président du département et Fabrice Escure, président du Centre de la Mémoire font savoir qu'ils ont donc décidé, d'un commun accord, de ne pas engager de poursuites judiciaires et forment le voeux que "de tels incidents ne se reproduisent pas". 

Tout avait commencé vendredi 22 janvier lorsqu'un rappeur limougeaud avait publié un extrait du clip de son prochain titre, annonçant sa mise en ligne intégrale sur YouTube. Or, sur cet extrait, on distinguait clairement que le tournage avait eu lieu dans l'enceinte du village martyr d'Oradour-sur-Glane. Un tournage non-autorisé. 

La mairie d'Oradour-sur-Glane avait alors alerté l'association des familles des martyrs, la sous-préfète de la Haute-Vienne, le procureur de la République et avait déposé une plainte. 

Au titre de la "deuxième chance" et le clip n'ayant finalement pas été mis en ligne, le teaser supprimé de Twitter et d'Instagram, l'affaire n'ira finalement pas plus loin. 

La mairie a tenu tout de même à rappeler qu' il faut "que les gens comprennent que la liberté c’est la liberté mais on ne peut pas faire n’importe quoi dans un site comme Oradour. C’est un site international, symbole des malheurs, symbole de la douleur et c’est un lieu de recueillement."  

Tout tournage, de quelque nature que ce soit, au village martyr d'Oradour-sur-Glane, doit être préalablement autorisé par l'Unité Départementale de l'Architecture et du Patrimoine à Limoges. Un avis consultatif toujours suivi par la mairie d'Oradour-sur-Glane, également consultée. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
oradour-sur-glane culture histoire polémique société musique