• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Page Santé : quand la chirurgie des poumons change la vie

© France 3 Limousin
© France 3 Limousin

Cette semaine, votre Page Santé se penche sur les poumons. Un essouflement excessif peut être le signe d'une maladie. Pour améliorer la qualité de vie des patients, le CHU de Limoges pratique un type de chirurgie : la pose de valves endobronchiques.

Par Ariane Pollaert

Reportage de François Clapeau et Raphael Abd El Nour
Intervenants : Elisabeth Bosselu, patiente / Thomas Egenod, pneumologue au CHU de Limoges.

Se balader dans un parc, ressentir la brise du printemps comme un plaisir et non comme une menace, c'est une sensation nouvelle pour Elisabeth Bosselu. Cette ancienne fumeuse, un paquet par jour, ne pouvait même plus marcher sans être complètement essoufflée, épuisée. 

Elle a finalement vaincu sa peur du jugement de certains médecins pour consulter les spécialistes du CHU de Limoges. Sa vie a véritablement changé.
 

Je me sens miraculée. C'est peut-être un grand mot, mais c'est vraiment ça ! Même partir en vacances était devenu fatiguant. (Elisabeth Bosselu)


Elisabeth a bénéficié d'une implantation de valves endobronchiques, pour lutter contre une maladie du tabac dans ses poumons, un emphysème pulmonaire.

Ce qui ressemble à des bulles de chewing gum vont se développer dans le thorax et prendre la place du poumon pour respirer. A l'effort, le poumon a besoin de gonfler, mais comme le thorax est à volume contraint, il ne pourra pas bien se dilater. C'est ce qui va être responsable de l'essouflement des patients. (Thomas Egenod, pneumologue au CHU de Limoges)


Pour soigner l'affectation, l'opération consiste à déposer des valves dans les poumons. Elles vont permettre à l'air de quitter la zone malade, et il ne pourra plus y rentrer.

La pose a lieu au bloc opératoire. Quatre valves sont mises en place, en deux interventions, pour éviter les complications. Il faut poser la valve dans le lobe pulmonaire qui est atteint. L'endroit précis de la pause a été choisi en amont ; le geste ne prend que quelques minutes.
 

Enjeu de santé publique


Le CHU de Limoges est le seul hôpital de Nouvelle-Aquitaine à proposer ces valves, et c'est l'un des centres qui en implante le plus en France.

Tout le monde ne peut pas bénéficier de la technique, mais l'enjeu de santé publique est majeur : les maladies pulmonaires liées au tabac ont des conséquences pour la qualité de vie des patients, mais il y a aussi un coût très important pour la collectivité. Avec le nombre du fumeur, les décès ne font qu'augmenter.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Regards d'été : réouverture du musée basque

Les + Lus