Port du masque en Limousin, quelles évolutions ?

Les trois préfectures du Limousin viennent de renouveler leurs arrêtés relatifs au port du masque jusqu’à la mi-février. Contrairement à la Creuse et la Corrèze, le masque n’est toujours pas obligatoire sur la voie publique en Haute-Vienne.

© Alexandre MARCHI / MaxPPP

Nous sommes en janvier 2021 et en Limousin un territoire résiste encore et toujours au port du masque obligatoire sur la voie publique. Cet irréductible département, c’est la Haute-Vienne.

Contrairement à ses voisins de Creuse et de Corrèze qui maintiennent l’obligation du port du masque sur l’ensemble de leur territoire, la Haute-Vienne campe sur sa position : le masque n’est obligatoire que dans les marchés et brocantes, les parkings et aux abords des établissements scolaires, universitaires, culturels, artistiques et sportifs.

Pour Nathalie D’Hollander-Pestourie, hygiéniste au CHU de Limoges cette décision n’est pas aberrante, bien au contraire.
 

Je trouve que c’est très bien. On est les seuls à avoir une attitude cohérente sur la question. 

Nathalie D’Hollander-Pestourie, hygiéniste au CHU de Limoges



Pour cette spécialiste, le port systématique du masque dans la rue est inutile. Il n’y a qu’en cas d’attroupement que ce dernier peut s’avérer utile. Elle rappelle que le virus ne circule pas dans l’air et qu’il ne tient pas en suspension.

Pour autant, certaines communes de Haute-Vienne ont fait le choix de l’imposer sur leur territoire. C’est le cas de Panazol, dans la banlieue Sud de Limoges. Une décision prise en novembre pour toute la zone urbaine de la commune dans un souci de cohérence. Pour les élus il était inconcevable que le masque soit obligatoire sur un trottoir et non-obligatoire sur celui d’en face.
 

L’idée du maire et de la commission de crise, c’était de faciliter l’application de l’arrêté préfectoral en imposant le port du masque sur toute la zone urbaine. 

Cécile Denis, chargée de communication de la ville de Panazol



Reste la question des nouveaux variants de la Covid 19, plus contagieux. Si pour certains spécialistes les masques utilisés actuellement ne suffirait pas à prévenir l’expansion de ces souches, Nathalie D’Hollander-Pestourie réplique qu’il utilise le même mécanismes de transmission. Par conséquent, nulle besoin d’accentuer les mesures sur le port du masque.
 

La désinfection des mains est tout aussi importante dans la lutte contre le virus. On en a fait beaucoup après le premier confinement, mais j’ai l’impression d’un relâchement à ce sujet. 

Nathalie D’Hollander-Pestourie , Hygiéniste au CHU de Limoges



En revanche, il faudrait selon elle plus de rigueur sur la désinfection des mains et des points de contact. Ce geste barrière tout aussi important est trop souvent négligé pour la spécialiste.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société