A Razès, parents et enfants se mobilisent contre une menace de fermeture d'une classe

L'école de Razès fait partie des 32 établissements primaires en Haute-Vienne concernés par une menace de fermeture de classe à la rentrée prochaine. Les parents d'élèves n'entendent pas se laisser faire. Ils ont manifesté devant l'école ce dimanche 3 février.

Une manifestation devant une école un dimanche après-midi ?! Et pourquoi pas, si c'est une façon de se faire entendre.
En tous cas, l'appel à se mobiliser a été entendu ce dimanche 3 février, puisqu'une cinquantaine de parents et enfants, ainsi que deux enseignants, sont venus protester contre la menace d'une fermeture de classe à la rentrée prochaine.

L'école, qui compte aujourd'hui 130 élèves en maternelle et élémentaire, passerait ainsi de 6 à 5 classes, alors même que les projections d'inscriptions pour la rentrée prochaine restent quasi stables (3 élèves en moins).
Les effectifs par classe seraient alors conséquents (25 à 26 élèves en moyenne, pour des classes à triple niveau).

Cette situation est récurrente dans la commune qui, chaque année, est confrontée à cette menace alors même que les effectifs restent quasiment identiques. L'an dernier, la fermeture de classe avait finalement été abandonnée par le Rectorat.

Cette année, l'école de Razès court le risque de perdre un poste d'enseignant, mais aussi un poste d'ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles).
Les parents d'élèves ont également prévu d'aller manifester mardi prochain devant le Rectorat, lors de la journée d'action à l'appel de plusieurs syndicats.
 


 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité