Cet article date de plus de 3 ans

Ruralité sacrifiée, l'appel des élus locaux pour alerter le président de la République

Entre les élus locaux et l'Etat, c'est l’incompréhension et un profond désaccord politique. Les élus se sentent délaissés alors même que l’Etat n’a de cesse de couper dans leurs budgets. Une centaine de maires ont signé sur ce thème une lettre au Président de la République.
La maire de Vayres en Haute-Vienne, a signé la lettre à Emmanuel Macron publiée dans l'hebdomadaire Marianne et qui dénonce la perte d'autonomie financière des communes.
La maire de Vayres en Haute-Vienne, a signé la lettre à Emmanuel Macron publiée dans l'hebdomadaire Marianne et qui dénonce la perte d'autonomie financière des communes. © France 3
Des économies et encore des économies. Les maires ont le sentiment que l’Etat en veut toujours plus. Des élus locaux qui ne comprennent pas la démarche du président de la République et de son gouvernement.

Ces maires dénoncent des territoires à l’abandon, auxquels on demande pourtant de réduire leurs budgets. Des réductions intenables pour ces élus, qui ne savent plus comment faire pour ne pas laisser dépérir leurs communes. Ils sont une centaine à dénoncer un acharnement dans une lettre à Emmanuel Macron publiée par l’hebdomadaire Marianne. Des élus qui pointent une décentralisation qui ne marche qu’à sens unique.

Parmi ces signataires deux élus du Limousin, le maire de Meymac en Corrèze et la maire de Vayres en Haute-Vienne. Dans cette commune haut-viennoise, l’état a supprimé la dotation de solidarité rurale, 53 000 euros, soit 16 % du budget de la commune. La maire Jocelyne Réjasse n’a pas d’autre choix que de couper dans les dépenses, en supprimant un emploi municipal. Les illuminations de Noël ont également été supprimées.

Mardi 21 novembre 2017 se tient le congrès des maires de France. Une assemblée devant laquelle doit s’exprimer le président Emmanuel Macron. Une rencontre sous haute tension, car les maires ont l’intention de se faire entendre.

Entre les maires et l’Etat, c’est l’incompréhension ©France 3
Interviews : Jocelyne Réjasse (maire de Vayres) Marie Mouveroux (gérante d'épicerie)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique décentralisation réforme territoriale ruralité société