Haute-Vienne : pendant le confinement, une troupe d'artistes récite des poèmes par téléphone

Deux artistes du collectif Champ Libre, basé à Saint-Junien (Haute-Vienne), récitent des poèmes gratuitement par téléphone tous les samedis du mois pendant le confinement. L'initiative attire des appels toujours plus nombreux depuis le début du mois de novembre.
Julien Dervaux et Camille Voyenne ont revu le concept de la "poésie confesse" et récitent désormais des poèmes par téléphone tous les samedis.
Julien Dervaux et Camille Voyenne ont revu le concept de la "poésie confesse" et récitent désormais des poèmes par téléphone tous les samedis. © Champ Libre
Quelques vers de poésie pour vaincre l'ennui. C'est l'idée originale lancée par le collectif Champ Libre basé à Saint-Junien (Haute-Vienne). Depuis une semaine, des artistes récitent gratuitement des poèmes par téléphone. L'objectif : divertir et faire échapper les âmes sensibles à la poésie de ce climat particulier.

Avant le reconfinement, Julien Dervaux et Camille Voyenne avaient déjà défrayer la chronique avec un "confessionnal poétique", en octobre dernier. Tous les samedis, les deux artistes se rendaient aux abords du marché avec une petite cabine en bois. Les visiteurs pouvaient s'asseoir quelques minutes à l'intérieur et entendre quelques poèmes. "C'était des poèmes assez courts entre 2 et 5 minutes. Cela égayait les passants. Et en échange cela nous permettait de garder notre esprit théâtral", explique Julien Dervaux.

Un nouveau concept suite au reconfinement

Les retours étaient positifs. Les deux compères étaient parvenus à toucher tous les âges. Des habitués revenaient d'une semaine à l'autre au confessionnal.

Avec le reconfinement, promulgué à la fin du mois d'octobre, les deux artistes ont décidé de revoir leur concept. C'est désormais par téléphone que les poèmes sont récités. Là encore, le rendez-vous est fixé au samedi matin. Et une fois de plus, les artistes rencontrent un beau succès : "Le week-end dernier, nous étions complets. Nous avons passé du temps avec une quinzaine de personnes. On prend des nouvelles d'eux, on échange un peu avant de se lancer dans notre poème", poursuit Julien Dervaux.
 
Pour avoir un ordre d'idée, Julien Dervaux se lance dans ces quelques vers de Jacques Prévert :
 

Trois allumettes une à une allumées dans la nuit. La première pour voir ton visage tout entier. La seconde pour voir tes yeux. La dernière pour voir ta bouche. Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela. En te serrant dans mes bras.

Jacques Prévert 

Déjà un beau succès

Pour ce week-end du 14 novembre, les plages horaires sont déjà quasiment toutes prises : "Au bout du fil, nous n'avons pas seulement des personnes de la région. Nous commençons à être appelés par des Parisiens, des Normands, des Toulousains... C'est super de toucher autant de personnes", se réjouit Julien.

Plus que tout, les deux artistes sont fiers de pouvoir dialoguer et redonner le sourire à des personnes isolées, des personnes âgées ou encore des enfants. Toutes les générations sont réceptives. Une fierté qui pousse les deux jeunes à poursuivre les poèmes par téléphone jusqu'à la fin du confinement.
 
Ensuite, ils espèrent pouvoir retrouver leur "poésie confesse" et emmener leur petite baraque en bois à Saint-Junien comme dans le reste du Limousin, et pourquoi pas dans des festivals culturels.

Pour plus d'informations sur ces poèmes au téléphone, Camille Voyenne précise qu'il faut prendre rendez-vous au préalable par téléphone au 07 87 29 39 95 ou par mail à l'adresse suivante champlibre.etoilebleue@gmail.com.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 art culture