Hervé Beaudet, nouveau maire de Saint-Junien : le changement et la continuité

replay

Hervé Beaudet, élu maire de Saint-Junien, le 4 mars dernier, est l'invité de Dimanche en politique, cette semaine. A 55 ans, il succède à Pierre Allard, maire de la deuxième commune de Haute-Vienne depuis 23 ans. Hervé Beaudet connaît parfaitement les affaires municipales après avoir été premier adjoint pendant 10 ans, mais il entend imprimer sa propre vision pour sa commune

Il n'y a que cinquante jours, qu'Hervé Beaudet s'est assis dans le siège de maire de Saint-Junien. Son élection est un évènement dans la cité gantière qui n'avait connu que trois maires depuis 1944 (Martial Pascaud, Roland Mazoin et Pierre Allard), mais aussi parce qu'elle survient en cours de mandat à deux ans des élections municipales de 2026.

Passation de pouvoir en douceur

Pierre Allard, élu en 2001, a fait le choix de passer la main l'année de ses 60 ans, après 23 ans de mandat, tout en conservant un siège de conseiller municipal, ainsi que la présidence de la communauté de communes et son poste de vice-président du Conseil départemental.

Les deux hommes ont fait le choix ensemble de cette passation de pouvoir : "Pierre Allard avait annoncé lors de réunions publiques que s'il atteignait l'âge de la retraite en cours de mandat, il ferait le choix de passer la main, même si cela n'a pas été écrit dans le programme de campagne. Nous avons discuté longuement, car je n'avais pas d'ambition politique particulière, mais nous avons trouvé un consensus avec la majorité municipale."

Un nouveau pont sur la Vienne

À peine élu, Hervé Beaudet s'est emparé du projet d'un nouveau pont sur la Vienne, estimé à 15 ou 20 millions d'euros, pour soulager le pont historique construit au XIIIᵉ siècle et qui a largement rempli son office avec près de 8 000 véhicules par jour : "C'est un projet porté par le département, nous avons à préserver le pont médiéval parce qu'il souffre et j'espère qu'il tiendra encore longtemps. Le nouveau pont a tout son sens à l'endroit envisagé, des études ont été menées, cela n'amènera pas plus de flux de voitures. C'est un peu ambitieux de penser à un nouveau pont dans cinq ans, on espère le plus tôt possible, même si nous connaissons la situation des finances publiques".

Pour la réouverture de la ligne TER

Sur la question des transports, Hervé Beaudet est également mobilisé pour la réouverture de la ligne TER Limoges-Angoulême, fermée depuis 2018, tout en conservant un œil très attentif à la fin du chantier de doublement de la RN141 en Charente vers Angoulême, juste au-delà de la frontière avec la Haute-Vienne : "nous sommes à la bagarre pour la réouverture de la ligne TER qui est d'un intérêt majeur et qui nous mettrait à une heure de la ligne TGV. Il pourrait y avoir des études préliminaires aux travaux en 2027, moi je veux y croire même si ma confiance en ce gouvernement est mesurée."

Soutien à l'aménagement du terrain des Goulas

Le nouveau maire de Saint-Junien évoque également le projet de lotissement sur le terrain des Goulas, situé près de la nouvelle gendarmerie, à mi-chemin, entre le centre-ville et la zone commerciale, au nord de la ville, un projet contesté devant le tribunal administratif par les élus d'opposition : "ce n'est pas un lotissement, c'est un écoquartier, respectueux de l'environnement et porteur de mixité sociale, et sur les neuf hectares, il n'y a que 1,8 hectares concernés par les constructions et la voirie, soit 20 %, tout le reste est préservé."

"Il faut vendre la Giboire"

Hervé Beaudet a également défendu son intention de vendre l'ancienne colonie de vacances de la Giboire, situé sur la commune de Saint-Pierre d'Oléron, projet également contesté devant le tribunal administratif : "nous nous sommes fiés à l'estimation des domaines, ce bien nous coûte cher, la mode des colonies de vacances est révolue et nous n'avons plus les moyens de faire fonctionner un centre de vacances sous cette forme."