L'escalier arc-en-ciel de Saint-Junien victime de dégradations à caractère homophobe

Tout juste inauguré, l'escalier de la cité gantière, peint aux couleurs arc-en-ciel pour représenter la lutte contre les LGBTphobies, a été vandalisé dans la nuit du 7 au 8 octobre 2021. Des dégradations similaires avaient été observées à Limoges cet été.

Inauguré le samedi 2 octobre, l'escalier arc-en-ciel de la cité gantière, symbole de la lutte anti LGBTphobies, a fait l'objet de dégradations dans la nuit de jeudi à vendredi.
Un tag à caractère homophobe a été inscrit au pied de l'escalier, et les marches de couleur ont été recouvertes de traits noirs.

Dès vendredi, la municipalité de Saint-Junien a fait repeindre les marches par ses équipes techniques et effacer l'inscription. La mairie a déposé plainte auprès de la gendarmerie.

"Force est de constater que les villes comme les campagnes sont touchées par de telles tristes et pathétiques réalités", déplore Christophe Wacheux, élu chargé du centre communal d'action sociale (CCAS), à l'initiative de cet engagement dans la lutte anti LGBTphobies, "Je ne suis pas surpris, car on a vu la même chose à Limoges récemment, à Bordeaux et dans d'autres villes. Mais on ne peut pas banaliser ces actes, c'est pourquoi il était important à nos yeux de porter plainte".

A Limoges aussi

A Limoges, certains passages piétons décorés aux couleurs de l'arc-en-ciel (il y en a 5 dans la ville), avaient aussi été dégradés avant même leur inauguration début juillet 2021.
Ils avaient été recouverts de peinture blanche.

De quoi décourager ce genre d'initiatives qui visent à rendre publique la luttre contre les discriminations sexuelles ?
Certainement pas, selon Sylvain Rouilhac, le coordinateur du collectif Lim'Bow : "Il est important de maintenir ce type d'actions pour instister sur le fait que l'espace public appartient à tout le monde. Ne pas agir dans ce sens, c'est renforcer l'idée qu'on doit rester cachés. Chaque individu doit avoir le choix de vivre sa vie comme il l'entend, d'afficher une orientation sexuelle quelle qu'elle soit, dans l'espace public s'il le souhaite".

La guerre des arcs-en-ciel n'est donc certainement pas prête de s'éteindre.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgbt+ société diversité homophobie