Tour de France : 5 questions à Christian Prudhomme à l'occasion de sa visite à Sarran en Corrèze

Christian Prudhomme était à Sarran, en Corrèze, le 9 juillet 2020, pour un repérage de l'étape entre Chauvigny et Sarran. L'occasion de faire le point avec le directeur du Tour de France sur l'édition 2020 entre crise sanitaire, hommages et défis sportifs.
 

Christian Prudhomme, invité du journal régional de 19h, le 9 juillet 2020 sur France 3 Limousin
Christian Prudhomme, invité du journal régional de 19h, le 9 juillet 2020 sur France 3 Limousin © France Télévisions
L'étape entre Chauvigny et Sarran était initialement prévue le 9 juillet. C'est cette date qu'a choisi Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, pour effectuer un repérage. L'étape, elle, se courra finalement le 10 septembre. 
 

► L'étape en Chauvigny et Sarran, 2018 kilomètres, sera la plus longue du Tour de France, le Suc au May,  à Chaumeil sera la plus grande difficulté de cette étape ?

C.P : Sans aucun doute. Avec cette étape la plus longue du Tour de France et près de 4 kilomètres de pente raide sur une route étroite, cela peut créer une vraie surprise, voire même surprendre des favoris, s'ils ne sont pas venus repérer l'étape. Il y aura un travail d'équipe tactique pour être bien placé au pied du Suc au May, et puis ensuite, il y aura la montée… Alors là, ce seront les hommes forts qui se départageront, puis ensuite, on filera vers Sarran. Oui, c'est une difficulté inédite.
Laurent Jalabert (lors de son repérage en juin dernier – N.D.L.R), parlait d'un "joli tas de fumier", moi, je dirais que c'est une belle vacherie, mais il y a de quoi faire la différence entre les meilleurs champions.
 
Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, Pascal Coste, président du CD19, et un comité d'accueil, en Corrèze, pour le repérage de l'étape Chauvigny-Sarran et le célèbre Suc au May, le 9 juillet 2020.
Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, Pascal Coste, président du CD19, et un comité d'accueil, en Corrèze, pour le repérage de l'étape Chauvigny-Sarran et le célèbre Suc au May, le 9 juillet 2020. © Thierry Girault - France Télévisions

 
► Le Coronavirus a contrarié la préparation des coureurs. Êtes-vous inquiet à ce propos ?

La crise sanitaire a retardé la préparation, mais les coureurs seront prêts, sans aucun doute. L'inquiétude que nous avons eue au printemps, c'est qu'il fallait aux coureurs 4 à 6 semaines d'entraînement sur route et des compétitions avant le Tour de France. Ce sera le cas. Les courses reprennent le 1er août avec la route d'Occitanie, puis le Tour de l'Ain et le Dauphiné.
En ce qui concerne les mesures sanitaires, nous sommes en lien quasi-permanent avec les autorités de l'État et avec les instances sportives.
 

► Cette étape entre Chauvigny et Sarran sera une étape de la mémoire avec un hommage à Raymond Poulidor et à Jacques Chirac.

Lorsqu'avec Pascal Coste, le président du conseil départemental de la Corrèze, nous avons imaginé cette étape, nous ne savions pas que ni Raymond Poulidor, ni Jacques Chirac, ne seraient plus avec nous. Le passage du peloton à Saint-Léonard-de-Noblat, ça va être très fort. Raymond Poulidor, c'est une légende du Tour de France. C'est la gloire sans maillot jaune. C'est le plus populaire de tous nos champions, tous sports confondus. C'est une bonhomie qui a traversé les décennies de manière formidable.  Et puis, naturellement, le Président Chirac. Dans le prochain Tour de France, il y a trois des cinq plus grandes villes de France, et il y a Sarran avec ses 280 habitants, et qui rayonne dans le monde entier grâce au Président Chirac. Je suis heureux qu'avec Pascal Coste et madame le maire de Sarran, Yvonne Verzijl, nous ayons trouvé cette ligne d'arrivée. Après le Suc au May, le peloton va s'étirer et offrir une belle fin d'étape.
 

► Craignez-vous encore une annulation du Tour de France 2020 ?

Toutes les conditions sont réunies pour que le Tour de France puisse se dérouler. En avril, le "Monsieur déconfinement", Jean Castex, devenu depuis Premier ministre, me disait "il y a forcément un risque, mais du 29 août au 20 septembre, vous pouvez raisonnablement être optimistes". Alors nous sommes raisonnablement optimistes !

► Qui pour succéder à Egan Bernal, le vainqueur de l'édition 2019 ?

C'est un Tour de France qui part de Nice et on va utiliser au maximum tous les massifs montagneux. Quasiment dès le départ, dans la première semaine, trois étapes à caractère montagneux ou de moyenne montagne, où tout est possible. Je pense qu'il y aura un aspect tactique important. Je le pense d'autant plus que Chris Froome a annoncé qu'il quittait son équipe Inéos après le Tour de France. Alors comment ça va se passer dans sa formation ? Est-ce qu'il y aura une vraie entente entre eux ? Est-ce que les Français, qui ont enthousiasmé le Tour l'année dernière seront au même niveau ? Est-ce que Alaphilippe ira titiller le maillot jaune, est-ce que Pinot… ? Est-ce que Bardet…? Je pense que oui !


  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter