"Une étape à la maison, ça rajoute de la pression", Thibaut Pinot s'exprime avant le Tour de France 2020

Thibaut Pinot s'est confié, ce mercredi 8 juillet, sur le Tour de France 2020, qui débutera le 29 août prochain. Un Tour qui "n'aura peut-être pas le parfum de vacances". Le coureur cycliste de Mélisey raconte également son confinement.
Le coureur cycliste Thibaut Pinot s'est confié à Franceinfo avant le début du prochain Tour de France, le 29 août prochain.
Le coureur cycliste Thibaut Pinot s'est confié à Franceinfo avant le début du prochain Tour de France, le 29 août prochain. © Sébastien Nogier/MaxPPP
Le 29 août prochain, le peloton du Tour de France s'élancera enfin sur les routes de l'Héxagone. A un peu plus de sept semaines de l'échéance, le coureur de Mélisey, en Haute-Saône, s'est confié à nos confrères de Franceinfo. Son confinement, son entraînement, ses ambitions... Celui qui a dû abandonner lors de la dernière édition s'est exprimé en longueur. Notamment sur les prochaines étapes à la maison. Cette année, le Tour de France passera dans son village, le 19 septembre prochain.

Son confinement

"Je fais pas mal d'entraînement, j'ai reçu du monde, j'ai joué à la pétanque avec mes amis. Je me suis également occupé de mes animaux. J'ai créé un compte Instagram pour ma chèvre Kimgoat. Tout simplement parce que ça nous a amusé avec ma copine. Cette chèvre est arrivée en tout début du confinement, ça a fait passer le temps. Et, elle a connu son petit succès."
 
Voir cette publication sur Instagram

Photo de famille 🙎🏽‍♀️🙍🏽‍♂️🐐🐐 #kimgoat#quentine

Une publication partagée par KIM 🐐🌈 (@kim.goat) le

Ses parents atteints du Covid-19

"J'ai essayé de les aider du mieux possible, de leur ramener les courses, de les voir tous les jours. Je ne savais pas trop dans quel état ils seraient avant d'aller les voir, il y avait forcément un peu d'angoisse. Ca a duré deux mois, voire trois pour ma mère."

L'entraînement pendant le confinement

"J'ai fait le minimum. Je n'avais pas envie de me torturer l'esprit avec le home-trainer. Pour moi, le vélo c'est en plein air, ce n'est pas chez soi devant un écran de tablette. Le reste du temps, j'ai profité de la nature, de la maison et de ma copine. Ca s'est bien passé."
   

Le tour décalé

"Une fois qu'on est dans le Tour de France, on est dans une bulle. La seule chose qui va changer, c'est qu'il va faire nuit beaucoup plus tôt. Il n'y aura pas la même chaleur, pas le même parfum de vacances."
 

Une victoire à la Planche des Belles-Filles, ce serait le plus beau succès de ma carrière.

Thibaut Pinot, coureur Groupama-FDJ

Ses ambitions

"Tous les ans, on me dit que c'est la bonne année. Cette année, le parcours ne me désavantage pas. Je vais partir pour faire la plus belle course possible. Si je tombe sur plus fort, je ne pourrai rien faire. Je ne veux juste pas avoir de regret à mon arrivée sur Paris. Je veux gagner des étapes et aller le plus haut possible."
   

Son abandon l'an dernier

"C'est un souvenir qui est enfoui. J'ai la faculté à très vite tourner la page. Ce n'est pas la première fois que j'ai dû abandonner un Tour de France ou un Tour d'Italie. C'est arrivé. Je ne peux plus m'apitoyer sur mon sort. J'essaye de vite oublier et de passer à autre chose."

Les étapes à la maison

"Il n'y a pas photo. Il y a beaucoup plus de pression dans les étapes qui passent par chez moi. Souvent, la nuit qui précède l'étape n'est pas la meilleure. Une victoire à la Planche des Belles-Filles, ce serait le plus beau succès de ma carrière. C'est une montée que je connais depuis tout petit. Ce serait un rêve de gagner à cette étape devenue incontournable."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
thibaut pinot sport tour de france cyclisme