• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La saga de la charcuterie Barris

Quand Laurent Barris fait du boudin ... / © Franck Petit
Quand Laurent Barris fait du boudin ... / © Franck Petit

A Saint-Yrieix-La-Perche, la boutique du charcutier ne désemplit jamais. Là-bas, tout le monde sait que l’on fabrique un boudin aux châtaignes aux saveurs inimitables. Le recette est jalousement gardée secrète par la famille Barris.

Par Franck Petit

Quand il était plus jeune, Laurent Barris rêvait de devenir professeur de sport.

Au moment de son service militaire, il a pris l’habitude de ramener des produits limousins à ses camarades de chambrée. Et tous ont trouvé que le boudin aux châtaignes  de son grand père était vraiment succulent.


Une histoire familiale

Chez les Barris, on travaille la viande depuis plusieurs générations.

En 1933, Henri Barris était tueur à l’abattoir de Saint-Yrieix-La-Perche. Pour pouvoir ouvrir son magasin, il a fait son apprentissage dans la célèbre rue de la boucherie de Limoges. Puis, il a racheté l’ancienne prison de gendarmerie de la petite ville du sud de la Haute-Vienne. Il l’a transformée en boutique.

Georges Barris a commencé à travailler avec son père à l’âge de 14 ans. Il n’a pris sa retraite qu’à 74 ans, passant le relai à Laurent, son petit-fils.

Laurent Barris a décidé que le savoir-faire de Georges ne pouvait pas disparaître. C’est pourquoi il a décidé de perpétuer la tradition familiale en 2001.

La saga de la charcuterie Barris
A Saint Yrieix-La-Perche, les Barris sont charcutiers de père en fils depuis 1933. Ils ont une spécialité : le boudin aux chataîgnes - F3 Limousin - Franck Petit, Eric Boutin, Philippe Ruisseaux

 

Sur le même sujet

Le prix Maison Rouge à Biarritz

Les + Lus