Sécheresse, la situation reste préoccupante en Limousin

Si la pluie a enfin fait son retour en Limousin, la situation reste préoccupante concernant la sécheresse. Après un été anormalement sec, l’automne n’est pas assez humide, et nos trois départements restent sous le coup de niveaux d’alerte et d’arrêtés de restrictions.

Certes, il pleut enfin sur le Limousin. Mais pas assez. L’automne est sec, et les faibles précipitations ne constituent pas, pour les cours d’eau, pour les quelques nappes présentes dans notre région, ni pour les zones humides, ce qu’on appelle des pluies de recharges, de celles qui permettraient de rattraper le déficit hydrique. 

Alors, depuis cet été, à situation exceptionnelle et d’urgence, mesures exceptionnelles et d’urgence pour nos trois départements, qui n’ont pas, ou à peine, variées. 

En Corrèze, la situation est mixte

Certains secteurs du département ont été abaissés le 9 novembre dernier au « simple » niveau d’alerte, après les dernières précipitations, qui ont permis une hausse des débits et une amélioration du fonctionnement des cours d’eau.

Il s’agit des secteurs de Vézère aval, Dordogne aval, Dordogne amont, Corrèze aval, Xaintrie et Auvézère. 

Mais concernant Vézère amont, Corrèze amont et Vienne, le niveau d’alerte renforcée est maintenu. 

Ces nouvelles dispositions s’appliquent jusqu’au 30 novembre 2022. 

Les « assecs » ont notamment disparu. Malgré tout, l’étiage (le débit minimal d'un cours d'eau) se poursuit, et l’amélioration demeure fragile. La plupart des ressources souterraines (75 %) se trouvent toujours à un niveau de remplissage inférieur à la moyenne, et 30 % d’entre elles se situent à un niveau « très bas ». 

La situation concernant l’alimentation en eau potable des usagers reste préoccupante pour quelques collectivités, qui continuent d’avoir recours au citernage. 

Les restrictions restent donc d’usage, notamment dans les secteurs en alerte renforcée, où, par exemple, le lavage des véhicules en dehors de stations équipées d’économiseur d’eau demeure interdit. Tout comme le remplissage complet de l’eau des piscines privées, l’arrosage des pelouses et le nettoyage des terrasses et des façades à partir de l’eau du réseau. 

Néanmoins, l’arrosage des jardins potagers des particuliers et des terrains de sport des collectivités et entreprises reste autorisé de 20h00 à 8h00 du matin.  

Dans les secteurs où le seul plan d’alerte s’applique, les restrictions sont un peu moindres, mais demeurent également  : lavage des véhicules en dehors d’une station équipée d’économiseur d’eau ou de lavage haute pression, le nettoyage des terrasses et des façades et le remplissage complet de l’eau des piscines privées sont toujours interdits à partir de l’eau du réseau. La remise à niveau des piscines existantes est cependant possible, ainsi que leur remplissage en cas de première mise en eau. L’arrosage des jardins potagers des particuliers et des terrains de sport des collectivités et entreprises est autorisé de 18h00 à 10h00 du matin. L’arrosage des pelouses et espaces verts est également permis entre 18h00 et 10h00. 

La Creuse est au stade de la seule alerte

 Après plus de trois mois en situation d’alerte renforcée, la Creuse est passée au stade de seule alerte le 28 octobre dernier. Un stade prolongé désormais jusqu’au 30 novembre prochain. 

Le département a bénéficié de façon inégale des averses orageuses qui le traversent depuis plusieurs semaines. Toutefois, les précipitations de faible intensité d’octobre n’ont pas permis le début de recharge espéré. 

De la même façon, l’humidité des sols qui avait amorcé une légère remontée en septembre est repartie à la baisse à la faveur de températures exceptionnellement douces en octobre (record depuis 1959). 

Il y a donc également des restrictions d’usage dans le département, comme par exemple, l’interdiction de remplissage des piscines toujours maintenu. 

La Haute-Vienne, la situation la plus préoccupante

Jusqu’à ce 16 novembre, le département était placé à un stade supérieur de celui des autres départements limousins, puisqu’il est au niveau crise.

Toutefois, la décision a été prise de le faire « retomber » au stade alerte renforcée, ce qui devrait être effectif ce 17 novembre.

À cette heure, les restrictions d’usage sont encore totales, correspondantes à celles édictées cet été.
Elles pourraient donc être légèrement assouplies, mais juste à la marge. 

Si des précipitations sont prévues sur le Limousin dans les prochains jours, voire les prochaines semaines, elles ne permettront cependant pas de rattraper la situation. Pire, Météo France estime qu’il faudrait deux hivers excédentaires  en pluies pour que ce rattrapage ait lieu !