Un loup officiellement identifié en Haute-Vienne par l’office français de la biodiversité .

Photographié il y a quelques jours, un loup a officiellement été identifié en Haute-Vienne par l’office français de la biodiversité. Mais selon les experts, il ne serait que de passage.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

D’ordinaire, les loups vivent en meute. Avant la période de l’accouplement, le mâle dominant ou certaines femelles peuvent se montrer très agressifs. La hiérarchie de la meute est alors remise en question. Et certains loups peuvent alors quitter leurs congénères pour partir seuls pour un très long périple. 

Leur objectif est de fonder une nouvelle meute.  Le passage de certains d’entre eux a déjà été certifié dans le massif central et le Limousin selon Abel Guittard, directeur du parc animalier des monts de Guéret. Mais c’est effectivement la première fois qu’un spécimen a pu être photographié. Le cliché a été diffusé sur les réseaux sociaux par la fédération des chasseurs de la Haute-Vienne le Jeudi 2 décembre 2021.

Et l’Office Français de la biodiversité (OFB) certifie qu’il s’agit bien d’un jeune gris canis lupus.

La photographie nous permet d’identifier un morphotype du loup qui se caractérise en particulier par un contraste entre le dos qui est plus sombre que les flancs. On a aussi une proportion de l’animal entre la hauteur, la taille du buste et les pattes. On a une longueur de queue qui est aussi un critère : elle est assez courte chez le loup.

Yan De Beaulieu, en charge des grands prédateurs à l’OFB Nouvelle-Aquitaine  

Le loup photographié a été aperçu le 1er décembre à Champagnac-la-Rivière avant d’être revu le lendemain à 25 km de là à Ladignac-le-Long. Selon Abel Guittard, "aucune meute n’a pu à l’heure qu’il est s’installer en Limousin". Il s’agirait donc bien uniquement d’un loup solitaire de passage.  

Certains chasseurs et agriculteurs souhaitent qu’il soit abattu, bien que ce soit une espèce protégée. Ce que refuse William Moreau, chasseur résidant à Champagnac-La-Rivière : “Je trouve que c’est dommage comme réaction et prématuré. Ce n’est qu’un loup qui passe. Il ne semble pas avoir commis de dégâts.”  

Une réunion devrait avoir lieu à la préfecture dans les prochains jours pour arrêter une position officielle.