• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Impayés de Poitou-Charentes : Ségolène Royal dénonce des propos diffamatoires

Ségolène Royal, ministre de l'écologie et ancienne présidente de Poitou-Charentes / © AFP
Ségolène Royal, ministre de l'écologie et ancienne présidente de Poitou-Charentes / © AFP

Ségolène Royal, ancienne présidente de Poitou-Charentes était restée très discrète depuis les révélations mettant en cause sa gestion à la tête de la région. Elle est sortie aujourd'hui de son silence dans le Midi Pile de France 3 Poitou-Charentes et dénonce des propos diffamatoires.

Par Christine Hinckel

Ségolène affirme qu'elle avait dans un premier temps choisi de se taire car elle n'était plus à la tête de la région mais quand "j'entends dénigrer cette région magnifique, je ne peux pas me taire" a-t-elle expliqué en se disant "scandalisée à la fois par la méthode et par le fond"


"A aucun moment je n'ai été contactée"

Pour la méthode, Ségolène Royal s'étonne du fait qu'on ait fait appel à un cabinet privé installé à Londres pour mener l'audit qui a dénoncé "la situation alarmante des comptes de l'ex-région". Elle souligne aussi qu'à aucun moment elle n'a été contactée ni par Alain Rousset ni par le cabinet d'audit.

"Il n'y a que dans les états totalitaires qu'on jette en pature des chiffres, des mots et des gens" s'est-elle offusquée.


Ce sont des "affirmations diffamatoires" a déclaré Ségolène Royal notamment au sujet des propos tenus par Olivier Chartier qui a déclaré que "sans la fusion, nous serions vraisemblablement en train de constater la faillite et la banqueroute de la région Poitou-Charentes".


A-t-elle l'intention de porter plainte ?

Ségolène Royal affirme qu'elle "s'en réserve le droit car ces propos sont diffamatoires" assurant qu'il "n'y avait pas de preuves " d'une quelconque dérive budgétaire.

Interrogée sur les 132 millions d'euros d'impayés relevés par le cabinet d'audit, Ségolène Royal a mis en avant un problème informatique dû au logiciel imposé par l'Aquitaine : "Il a fallu fusionner les systèmes informatiques. La région Aquitaine a imposé son système informatique. Poitou-Charentes avait totalement dématérialisé son système informatique, donc il y a eu quelques semaines de retard qui aujourd'hui sont toutes résorbées."


"La politique de Poitou-Charentes dérange"

Pour elle, c'est la réussite de ses politiques en Poitou-Charentes qui "dérange".
"La politique de Poitou-Charentes dérange parce que pendant dix ans, nous n'avons pas perçu la taxe régionale sur l'essence. Nous n'avons pas augmenté notre budget et les impôts." justifie l'ancienne présidente de la région.
"Dans la même période, en Aquitaine, c'est un demi milliard d'impôts qui ont été pris sur les contribuables. C'est leur choix" ajoute-elle à l'adresse d'Alain Rousset.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Ségolène Royal dans le Midi Pile de France 3 Poitou-Charentes :
Exclu : réaction de Ségolène Royal






A lire aussi

Sur le même sujet

Patch, un chien sauveteur

Les + Lus