Pau : le pilote devant la Cour d'assises

Un accident d'avion en 2007 tuait une personne. Le pilote et la compagnie d'aviation CAE comparaîtront le 7 novembre.

Le 25 janvier 2007, un avion de la CAE s'incline peu après son envol en direction de Roissy. Il  touche le sol et  traverse le grillage d'enceinte de l'aérodrome. Il finit sa course sur la route. et percute un camion. Son conducteur meurt dans l'accident.
Les passagers, le personnel naviguant et les pilotes ne présentent que des blessures légères.

Quatre ans après les faits, les expertises ont révélé que le pilote n'avait pas procédé au dégivrage de l'avion. Selon une source judiciaire,  c'est une " imprudence directement liée à l'origine de l'accident ".
" L'enjeu des débats devant la cour d'assises consistera à savoir si le pilote
a commis de façon involontaire une faute ayant entraîné la mort du camionneur (...) et si la compagnie a commis une faute qui a concouru au préjudice ", ajoute cette source.

La procédure a mis en évidence que l'exploitant de l'avion avait été informé d'incidents similaires en 1989, 1992 et 1993. A l'époque de l'accident, le manuel d'exploitation mis à la disposition du commandant de bord comprenait les procédures à appliquer en cas de givrage de l'appareil.
Ces procédures n'étaient cependant pas prises en compte et les avions n'étaient pas équipés de dégivreurs de bord d'attaque au sol, d'après la même source.
 

" Le pilote est le premier responsable du non-respect des prescriptions du manuel de navigation, mais ce défaut de formation et d'information, causalité indirecte des dommages occasionnés, peut-être reproché concurremment à la compagnie aérienne ", conclut l'enquête.

La famille du conducteur s'est portée partie civile et les passagers pourraient faire de même lors du procès.