Servier mis en examen: les victimes satisfaites

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.A. avec AFP

"C'est une très très bonne nouvelle" pour le Pt bordelais de l'association d'aide aux victimes du Médiator.

video title

Réactions après la mise en examen de J. Servier

Nouvelle étape dans l'affaire du Mediator: la mise en examen du patron du laboratoire Servier, pour escroquerie et tromperie. En Aquitaine, plus d'une centaine de victimes du Médiator ont porté plainte. Les réactions.



Le président de l'association bordelaise d'aide aux victimes du Mediator et de l'Isoméride (AVIM) a fait part ce matin de sa "très grande satisfaction" après les mises en examen mercredi du patron des Laboratoires Servier, Jacques Servier, et de cinq sociétés du groupe.



"On pensait que ça durerait des années" mais "c'est allé très vite et je pense que ça continuera à aller très vite. C'est une très, très bonne nouvelle pour toutes les victimes", a déclaré le Dr Dominique-Michel Courtois, président de l'AVIM.



Servier n'est pas intouchable 



Il a fait part de sa "très grande satisfaction" quant à la "rapidité de la justice", au "sérieux des enquêtes qui ont été menées" et aux mises en examen "très rapides".



"Cela montre aux victimes" que Servier "n'est pas intouchable", a-t-il souligné.



Basée à Bordeaux, l'AVIM a déposé auprès du pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Paris plus de mille dossiers au pénal pour homicides et blessures involontaires et 200 dossiers pour tromperies aggravées.



Mise en examen pour tromperie et escroquerie



Jacques Servier et cinq personnes morales dépendant du groupe ont été mis en examen mercredi dans le volet de l'affaire instruit pour tromperie et escroquerie par des juges d'instruction parisiens.



Placé sous contrôle judiciaire, Jacques Servier, 89 ans, devra payer une caution de 4 millions d'euros et fournir des garanties à hauteur de 6 millions avant le 15 décembre 2011.

Une autre enquête a été ouverte pour homicide et blessures involontaires.



Cinq millions de personnes ont pris du Mediator de 1976 à 2009, date de son interdiction.

Entre 500 et 2.000 en sont mortes, selon plusieurs études. Le Mediator, largement prescrit comme coupe-faim, est soupçonné d'avoir provoqué de graves lésions cardiaques chez des milliers d'autres.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité