L'Hermione et les dépressions de l'Atlantique Nord

Pour son retour vers les côtes françaises, l'Hermione devra faire avec une météo venteuse et des conditions parfois quasi hivernales.

© Association Hermione - La Fayette/L.Bailliard
L’Hermione a quitté Saint Pierre et Miquelon vendredi pour attaquer le dernier gros morceau de navigation : l’Atlantique Nord.
L’équipage le savait : cette transatlantique n'aurait pas grand chose à voir avec l'aller.

L'Atlantique Nord fin juillet est un océan dangereux, traversé par d'énormes dépressions amenant du mauvais temps et du vent.

Les vents d’Est empêchent le bateau de prendre une route directe vers Brest.

L'objectif est désormais de traverser la zone balayée par les dépressions et de rejoindre le Nord de l'anticyclone des Açores afin d'emprunter le « rail » de vents de Sud-Ouest qui permettra au bateau de mettre enfin le cap sur les côtes françaises.

Ce n'est pas vraiment de tout repos comme le montre ce document tourné à bord.
Hermione 26 juillet

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hermione culture patrimoine