"Le plus grand mécène, c'est le public", l'Hermione, voilier mythique, cherche des donateurs pour retrouver l'océan

Depuis deux ans et demi, le voilier l’Hermione est en cale sèche à Bayonne pour terminer ses travaux de rénovation. Son avenir est pourtant en suspens : 4 millions d’euros doivent encore être trouvés pour financer sa réfection.

Il n’a pas eu les pieds dans l’eau depuis longtemps. L’Hermione, mythique voilier qui a mené Lafayette aux Amériques, se fait une longue beauté. Après 17 ans de construction, puis une lutte contre un champignon qui rongeait le bois du voilier, il est désormais en cale sèche au port d'Anglet pour finaliser, notamment, son carénage.

"On a fait 50 % du chemin"

Le projet, vaste et coûteux, nécessite encore 4,5 millions d’euros. Une somme à peine complétée, en octobre 2023, lors d’un appel aux dons qui a rassemblé 350 000€. “On a fait 50 % du chemin, il manque encore la moitié”, espère Émilie Beau, la directrice générale de l'association Hermione-Lafayette.

Aujourd’hui, Marc de Briançon, le président de l’association Hermione-Lafayette qui gère le bateau, espère augmenter le mécénat autour du voilier de 10 % à 40 %.

L’association a réussi à faire défiscaliser les dons générés depuis fin 2023, pour accélérer le mécénat, face à l’urgence aujourd’hui de réaliser les travaux. “Le bois est un matériau vivant. Il faut que le bateau aille dans l’eau salée au plus vite pour mieux se comporter”, précise Émilie Beau. L’objectif est pour l’heure fixé à juin 2025. Sans quoi, l’option de devenir un bateau-musée est évoquée. “On n'a pas fait tous ces travaux pour qu’il ne retrouve pas l’océan”, regrette la présidente de l'association.

Le plus grand mécène, c’est le public.

Emilie Beau,

directrice générale de l'association Hermione-Lafayette


Pour compléter la somme, l’Hermione est également ouvert aux visites. “Nous avons une forte valeur de transmission et c’est le seul bateau qui se visite pendant son carénage. Il y a donc une valeur historique, mais aussi de découverte des savoirs-faire”, explique Émilie Beau.

En parallèle, les collectivités ont aussi mis la main à la poche. C’est le cas notamment de Rochefort Océan, à l’initiative du projet de rénovation, mais aussi le département de la Charente-Maritime et la région Nouvelle-Aquitaine. Cette dernière a récemment proposé une avance remboursable d’1,3 million d’euros, sous condition de pouvoir inspecter les travaux.

Rêve américain

Le passé du voilier crée depuis des décennies un lien particulier avec l’Amérique. L’Hermione avait, en 1780, ramené Lafayette aux États-Unis, “pour annoncer à Washington que la France venait l’aider dans sa guerre d’indépendance”. “En Amérique, on la surnomme la Freedom Fregate, la frégate de la liberté. C’est un bateau très populaire”, explique Marc Onetto, représentant du groupe franco-américain qui soutient le projet.

Loin des côtes françaises, ces investisseurs œuvrent également pour trouver de nouveaux mécènes. “Il y a déjà des particuliers, mais nous cherchons aussi des entreprises françaises installées en Amérique ou des sociétés franco-américaines”, précise Marc Onetto.

En 2015, le bateau avait rejoint les États-Unis en 48 jours. Un voyage exceptionnel que les américains espèrent de nouveau voir en 2026, lors du 150ᵉ anniversaire de l’Indépendance.